Hanoï (VNA) - Une majorité d’économistes et d’observateurs internationaux prévoit que la croissance du PIB en Asie du Sud-Est continuera sur sa bonne lancée en 2018. L’économie vietnamienne devrait être l’une des plus dynamiques de la région.

Le Vietnam devrait connaître la plus forte croissance économique en Asie du Sud-Est en 2018, à en croire les prévisions du groupe financier américain Bloomberg et de la banque britannique Standard Chartered. D’après Nirukt Sapru, directeur général de la banque en charge du Vietnam et de cinq autres pays asiatiques, la plupart des indices macroéconomiques du pays continuent à progresser de manière stable.

Le Vietnam devrait connaître la plus forte croissance économique en Asie du Sud-Est en 2018, selon la BAD. Photo: Thanh Vu/VNA/CVN

 

Un constat sans appel

Le Vietnam devrait, de ce fait, poursuivre sa montée en puissance avec une croissance du Produit intérieur brut (PIB) estimée à 7,1% pour 2018 et à 6,8% pour 2019 par la Banque asiatique de développement (BAD). "Hanoï récolte les fruits de sa gestion efficace des facteurs macroéconomiques. Il est certain que le pays affichera le taux de croissance le plus élevé de la région au cours des prochaines années", a indiqué Eric Sidgwick, directeur national de la BAD au Vietnam lors d’une conférence de presse. Il a détaillé: "L’activité économique sera stimulée par le dynamisme de la fabrication et de l’exportation, une consommation intérieure toujours plus forte, la multiplication des sites de production, un investissement national et international en progression constante ainsi que la modernisation du secteur primaire".

Selon le rapport sur les perspectives de développement en Asie (Asian Development Outlook - ADO) 2018, l’inflation serait de 3,7% en moyenne cette année (contre 3,5% en 2017) et pourrait même atteindre les 4,0% en 2019 en raison de l’augmentation de la demande intérieure et des prix mondiaux des marchandises.

L’Agence de notation Moody’s Investors Services affirme, quant à elle, que le taux de croissance réel du Vietnam serait de 6,7% en 2018, dans une récente analyse. Selon Moody’s, la note attribuée à la dette vietnamienne, à savoir B1 positif, est un signe de plus du bilan avantageux du pays. Les analystes financiers qui ont produit ces conclusions soulignent notamment la compétitivité croissante des entreprises et la mutation rapide des secteurs traditionnels en des activités à haut rendement. Selon Moody’s, l’économie vietnamienne est soutenue par la consommation intérieure et par une forte progression des investissements due en grande partie aux dépenses pour le développement des infrastructures du secteur public. Moody’s indique que l’afflux massif de capitaux étrangers continue à diversifier l’économie vietnamienne et à renforcer la production de richesse en comparaison d’autres pays de rang similaire, contribuant ainsi à alléger le fardeau de la dette publique.

Un gouvernement réactif, innovant et efficace

 

Le Fond monétaire international (FMI) prévoit, dans son rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale (PEM) d’avril 2018, que la croissance dans les pays émergents et en développement, dont le Vietnam fait partie, s’accélérera cette année avant de se stabiliser. Au Vietnam, le PIB devrait croître de 6,6% en 2018 et de 6,5% en 2019, contre un record de 6,81% en 2017. La qualité de la croissance s’est améliorée, avec un bond de la productivité d’environ 6% en 2017, la transition bien entamée vers un modèle de création de richesse par l’industrie manufacturière, la transformation de matières premières et la fourniture de services, au lieu de la simple exploitation des ressources.

Malgré ces prévisions optimistes, il convient, selon le dernier rapport de la Banque mondiale, de garder en tête l’existence de risques bien réels. Certes, l’économie de l’Asie-Pacifique se porte bien et le contexte mondial est pour le moins favorable (soutien au financement mondial, conditions de financement favorables et hausse des prix des produits de base). Mais cette croissance effrénée - dépassant même parfois les prévisions en Chine, en Malaisie, en Thaïlande ou au Vietnam par exemple - est elle-même porteuse de troubles potentiels comme la dégénérescence de la dette due à la baisse de la croissance ou l’émergence d’une bulle financière en raison d’une mauvaise planification. La vigilance est donc de mise !

Afin de remédier à ces problèmes potentiels, le gouvernement vietnamien a pris de très nombreuses mesures pour améliorer l’environnement des affaires. La plupart touchent à la simplification administrative : l’instruction a été donnée de réduire de moitié les formalités administratives concernant les entreprises. Moins de tracasseries administratives et un gain de temps et d’argent. De la même manière, une veille économique a été mise en place afin de suivre de près les évolutions du climat économique mondial. -CVN/VNA