Le Vietnam rehausse le rôle d'un pays maritime

Avec 3,260 km de côtes, plus de 3.000 îles et des eaux territoriales représentant trois fois la superficie de ses terres, le Vietnam possède de grands potentiels pour développer l'économie maritime.

Avec 3,260 km de côtes, plus de 3.000 îles et des eaux territoriales représentant trois fois la superficie de ses terres, le Vietnam possède de grands potentiels pour développer l'économie maritime.

Cependant, selon les experts, pour rendre le pays un pays maritime puissant, l'édification et la propagation du label maritime national s'imposent d'urgence.

Les eaux du Vietnam ont une position géoéconomique spéciale. En effet, elles se situent sur les routes maritimes internationales entre le Pacifique et l'Océan indien. Les ressources maritimes et côtières sont abondantes comme le pétrole, le gaz, le charbon, le fer, le titane et le sable de silice... outre d'énormes réserves de produits de mer.


Il y a une bonne centaine d'emplacements le long de la côte pouvant abriter un port en eau profonde ou de transit international. Le pays possède 125 belles plages, idéales pour la construction de stations touristiques haut de gamme.

Grâce à ces avantages, plusieurs zones économiques côtières (CEZs) ont été créées, lesquelles ont contribué à accélérer le développement économique local comme national. Le pays possède maintenant 14 CEZs d'une superficie totale de terres et de plans d'eau de plus de 627.000 ha. À la fin de 2009, ces CEZs ont attiré 550 projets vietnamiens et étrangers pour un investissement total de près de 40 milliards de dollars.

Toutefois, les revenus dégagés de l'exploitation de ces ressources maritimes, qui sont non planifiées ou mal contrôlées, demeurent modestes. En effet, selon Vu Si Tuan, chef du Département de gestion, d'exploitation de la mer et des îles, malgré sa qualité de pays côtier, les produits maritimes du Vietnam sont presque inconnus sur les grands marchés du monde. "Le monde ne voit pas encore le Vietnam comme un pays maritime", a-t-il déploré.

Selon Nguyen Chu Hoi, chef adjoint du Département général de la mer et des îles du Vietnam, le Vietnam se consacre uniquement à l'exploitation des ressources les plus évidentes telles le pétrole, le gaz et les produits de mer, sans s'intéresser encore aux valeurs fonctionnelles des écosystèmes, aux valeurs immatérielles des espaces maritimes comme aux potentiels que représentent ses eaux. Il s'agit en effet de ressources pouvant apporter bien plus que de simples ressources matérielles.

Selon le Département de gestion et d'exploitation de la mer et des îles, ces dernières années, l'économie maritime et côtière a contribué à 47-48% environ du PIB national, pour l'essentiel grâce au pétrole et au gaz, aux produits de mer, aux services maritimes (transport et port) et au tourisme maritime.

Pour que le Vietnam devienne au plus tôt une puissance maritime, avec une économie maritime représentant 53 à 55% de son PIB en 2020, le Département général de la mer et des îles du Vietnam élabore une planification de l'exploitation des zones maritimes et insulaires afin que les entreprises puissent préparer ou amender leurs stratégies de développement.

Ce département envisage également de créer un logo du label maritime et délivrer un "certificat vert" pour les zones maritimes, les entreprises qui exploitent et développent durablement les ressources maritimes nationales.

Le Premier ministre a déjà approuvé la stratégie maritime nationale pour 2020 ainsi que la planification du développement de l'économie maritime et insulaire du Vietnam jusqu'en 2020. -AVI

Voir plus