Hanoi (VNA) – Le Tribunal militaire de la 7e région militaire a condamné mardi 31 juillet l’instigateur d’une affaire survenue dans la Compagnie générale Thai Son du ministère de la Défense et ses quatre complices à des peines allant de 24 mois de rééducation sans détention à 12 ans de prison.
 
Dinh Ngoc Hê (alias Út "trọc") et ses complices devant le Tribunal militaire de la 7e région militaire, le 31 juillet à Hanoi. Photo : VNA

Dinh Ngoc Hê (alias Út "trọc") âgé de 47 ans, ancien directeur général adjoint de la Compagnie générale Thai Son, a dirigé l’utilisation illégale des véhicules portant des plaques d’immatriculation militaires et vertes, et la régularisation de la commercialisation de l’essence de mauvaise qualité, et a utilisé des faux documents par prise d’intérêts personnels, a déclaré le jury.

Il s’est vu infliger 10 ans de prison pour "usage abusif de ses pouvoirs dans l’exercice d’une fonction publique" et "usage de faux documents des organes publics" et 2 ans de prison pour "usage de faux documents des organes publics". Il est également interdit d’exercer une fonction pendant une durée de 4 ans à sa sortie de prison.

Ses actes répréhensibles ont été commis avec la complicité de Trân Van Lâm, âgé de 41 ans, ancien directeur général de la Compagnie par actions d’investissement Thai Son; Trân Xuân Son, âgé de 32 ans, directeur de la filiale de la Compagnie par actions de développement et d’investissement Thai Son ; Bui Van Tiêp, âgé de 61 ans, ancien commandant retraité de la division 367, de l’Armée de défense anti-aérienne et de l’air ; et Phung Danh Tham, âgé de 53 ans, ancien président du conseil d’administration et directeur général de la Compagnie générale Thai Son.

Trân Van Lâm a écopé 5 ans de prison; Trân Xuân Son, 18 mois de prison avec sursis ; Bui Van Tiêp, 24 mois de prison avec sursis pour "usage abusif de ses pouvoirs dans l’exercice d’une fonction publique". Ils sont également interdits d’exercer une fonction pendant une durée respective de 3 ans, 3 ans et 2 ans à compter de la fin de l’exécution de leur peine d’emprisonnement.

Phung Danh Tham est lui condamné à 24 mois de rééducation sans détention pour "manquement aux obligations professionnelles causant de graves conséquences".

Le Tribunal militaire de la 7e région militaire a également demandé à Dinh Ngoc Hê et à ses complices de payer 1,4 milliard de dôngs pour réparer les préjudices matériels qu’ils ont causés à l’Etat, notant qu’ils en ont payé 1,280 milliard de dôngs. – VNA