Selon le Département de promotion du commerce du ministère de l’Industrie et du Commerce, le Myanmar compte une population de plus de 60 millions de personnes avec un taux de croissance démographique de l’ordre de 1,7 % par an.

Près de 10% d’entre eux sont de la classe de revenus supérieure avec 10.000 dollars/an et plus, et 40%, de la classe moyenne avec de 3650 à 10.000 dollars. Ces personnes ont de forts besoins en produits étrangers de milieu de gamme, originaires pour l’essentiel de l’ASEAN, de Hong Kong (Chine), de Taiwan (Chine) et de la République de Corée.

Selon le Centre du commerce international (CCI), parmi les premiers fournisseurs étrangers de produits au Myanmar, le Vietnam est un fournisseur très modeste, un peu plus de 1 % des importations nationales de ce pays. Les opportunités pour les entreprises vietnamiennes d’exploiter ce marché prometteur sont immenses et largement sous-exploitées.

Ce pays de l’ASEAN a particulièrement de produits agroalimentaires, de boissons fraîches, d'alcools et de bières, de produits de la chimie, du plastique et du caoutchouc, de machines, d' équipements et de composants...

Malgré leur modeste montant, les exportations vietnamiennes sur ce marché ont connu une croissance considérable ces dernières années.

Selon le Département général des Douanes, dans la période 2005-2010, les échanges commerciaux entre le Vietnam et le Myanmar sont passés de 58 à 152 millions de dollars, soit une croissance annuelle moyenne de 21 %.

Depuis 2011, année de l’ouverture économique du Myanmar, le commerce bilatéral est de plus en plus équilibré. En 2012, le solde de la balance commerciale était excédentaire pour le Vietnam pour la première fois en 10 ans. En 2013, les échanges commerciaux ont été excédentaires pour le Vietnam de 104,3 millions de dollars, soit 12 fois plus qu’en 2012.

Actuellement, le Vietnam y exporte, pour l’essentiel, de l'acier toutes catégories, des matières premières pour l’industrie du textile, des médicaments et équipements médicaux, des matériaux de construction, des engrais, des produits électriques et électroniques…

Toujours selon le Département de promotion du commerce du ministère de l’Industrie et du Commerce, la production agricole serait l’objectif central de long terme de l’économie birmane. Aussi les entreprises vietnamiennes devraient-elles accélérer leurs études de marché et de promotion du commerce en vue de trouver des opportunités de coopération et d’investissement. -CPV/VNA