Hanoï, 12 avril (VNA) - Le Cambodge a annoncé jeudi qu'il conduirait l'Union européenne (UE) devant un tribunal européen après l’imposition par Bruxelles des tarifs élevés sur les importations de riz en provenance de ce pays asiatique.

Une récolte de riz au Cambodge. Photo : Reuters

Cette décision intervient après que la Commission européenne (CE), l'organe exécutif de l'UE, a imposé en janvier et pour une durée de trois ans, des droits sur les importations de riz Indica en provenance du Cambodge et du Myanmar.

L'UE s'était plainte d'une augmentation “significative" des importations de riz Indica au cours de ces cinq dernières années, qui avait pénalisé les producteurs européens, notamment en Italie.

La part de marché des producteurs de l'UE a chuté de 61% à 29% au cours de cette période, a annoncé la CE.

"Les mesures de sauvegarde sont fondamentalement erronées et constituent une mauvaise application du droit de l'UE", a souligné la Fédération cambodgienne du riz dans une déclaration.

"La réintroduction des droits d'importation est préjudiciable à l'économie cambodgienne et à son industrie, mais surtout à sa population", a-t-elle déclaré.

Jusqu'en janvier, le Cambodge et le Myanmar avaient pleinement bénéficié de l'initiative "Tout sauf les armes (TSA)", qui permet aux pays en développement d'exporter leurs produits vers l'UE sans payer de droits de douane.

Le riz Indica de ces deux pays est soumis à un droit de 175 euros (197,25 dollars) la tonne dans la première année, tombant à 150 euros dans la deuxième année et à 125 euros dans la troisième année. -VNA