Sam Rainsy, président en exil du CNRP. Photo: cambodgemag

Phnom Penh (VNA) - La Commission électorale nationale (NEC) du Cambodge a averti lundi 9 avril que toutes les personnes appelant à boycotter les prochaines élections générales pourraient être condamnées à payer une amende de 1.250 à 5.000 dollars et faire face à des accusations criminelles.

La NEC a également appelé les électeurs admissibles à voter le 29 juillet 2018 afin d'exercer leur droit d'élire leurs dirigeants.

L’avertissement de la NEC a été lancé un jour après que Sam Rainsy, président en exil du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), avait exhorté à boycotter les prochaines élections si son parti dissous n’était pas autorisé à participer.

La Cour suprême du Cambodge a ordonné le 16 novembre la dissolution du CNRP et interdit à 118 membres dirigeants du Parti d’exercer des activités politiques pendant une période de cinq ans pour "avoir comploté avec l'étranger contre le gouvernement légal du royaume". Sam Rainsy vit en exil volontaire en France depuis novembre 2015 pour éviter une peine d'au moins huit ans de prison. -VNA