Hanoï, 14 février (VNA) - Le Cambodge a annoncé plusieurs mesures destinées à aider les producteurs et les exportateurs locaux au cas où l'Union européenne (UE) déciderait de supprimer temporairement les préférences commerciales pour le pays.

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen. Photo: VNA

Selon l'agence de presse chinoise Xinhua, le 12 février, le ministère cambodgien du Commerce a publié une déclaration indiquant qu'il avait annulé les frais de gestion des exportations (EMF), ce qui signifie que les exportateurs locaux ne seront plus obligés de payer pour un certificat d'origine (CO).

En outre, les exportateurs ne sont pas exigés de demander un CO si cela n’est pas requis par les autorités du pays de destination.

Auparavant, selon un tableau des prix publié par ce ministère, une demande de CO pour des vêtements de moins de 2.000 pièces ou des chaussures de moins de 200 paires coûtait jusqu'à 23 dollars.

Selon le communiqué précité, le ministère a également retiré l'unité d'inspection des importations et de répression des fraudes du Cambodge (CamControl) de tous les points de contrôle aux frontières afin de faciliter les échanges transfrontaliers.

Les ministères et les institutions concernés ont également travaillé à la réduction des coûts de production et de transport, ainsi qu’à l'abaissement des frais d'électricité, a indiqué le communiqué, ajoutant que ces mesures de soutien entraîneraient des pertes annuelles de plusieurs millions de dollars pour l'État.

Auparavant, le Premier ministre cambodgien Hun Sen avait déclaré dans un article sur Facebook que le pays était capable de tenir bon et devait continuer à avancer avec espoir et confiance.

Il a ajouté que le gouvernement baisserait également les frais d'inspection des marchandises et de certaines autres procédures douanières.

Le 12 février, l’UE a entamé un processus de 18 mois susceptible d’entraîner la suspension temporaire de l’accès préférentiel du Cambodge au marché de l’UE dans le cadre de l’accord Tout sauf les armes (TSA). Cette mesure devrait toucher les industries locales du vêtement et de la chaussure, qui affichent une valeur d'exportation de 4 milliards de dollars avec l'UE.

Le Cambodge est actuellement le sixième plus grand fournisseur de vêtements de l'UE et environ 700.000 Cambodgiens travaillent dans cette industrie.

Selon l'Association des producteurs de vêtements du Cambodge, la suspension du TSA augmentera les droits de douane de 12% pour les vêtements et de 8 à 17% pour les chaussures. Elle pourrait coûter au Cambodge jusqu'à 700 millions de dollars par an. –VNA