Thanh Hoa (VNA) – Inspiré du célèbre livre  "Cuộc cách mạng một cọng rơm" (La révolution d’un brin de paille) de Masanobu Fukuoka, Lê Xuân Hoa a créé dans le district de Tho Xuân, province de Thanh Hoa, la ferme Hon Mu où l’homme vit en harmonie avec la nature, et où il crée des objets entièrement en matières naturelles.

Le business des pailles en bambou tient le bon bout hinh anh 1Lê Xuân Hoa fait attention à ce que l’élargissement de sa production ne pénalise pas les forêts. Photo : VNP


Après avoir abandonné à mi-chemin de ses études universitaires, début 2014, Lê Xuân Hoa est revenu dans sa province natale avec le souhait d’y faire fortune dans le développement rural. Rejetant l’excès de produits chimiques dans les champs, il s’est tourné vers la production bio.

Après avoir visité des jardins de  légumes bio et notamment après avoir lu le livre "La révolution d’un brin de paille", il a décidé de créer la ferme Hon Mu avec comme désir de produire dans le respect de la nature. Dans sa ferme, toutes les plantes sont acceptées, quelles soient herbes sauvages,  vivrières,  séculaires….  Et les plantes sauvages sont plus nombreuses que celles plantées par l’homme !

"Toutes les plantes sont respectées", explique Lê Xuân Hoa, qui cherche les avantages de chaque espèce  pour prouver que les forêts naturelles ont plus de valeur que les forêts mono-spécifique.

La famille de Lê Xuân Hoa loue des parcelles de forêt. Les visiteurs peuvent passer leurs vacances gratuites à la ferme mais doivent faire eux-mêmes bien des choses : monter le camp, préparer les repas, cueillir des légumes… Une vie proche de la nature.

Le business des pailles en bambou tient le bon bout hinh anh 2Photo: VNP


Les objets utilisés dans la vie quotidienne sont fabriquées à partir de matières premières disponibles dans la nature et l’idée de les fabriquer  est venue par hasard dans la tête de Lê Xuân Hoa. Un jour, pour un ami venu de Hanoi, Hoa  a fabriqué une cuillère en bambou que cet ami a utilisé lors de son séjour à sa ferme. Cet ami a photographié la jolie cuillère, a mis la photo en ligne sur Facebook. Après cela, il a dû fabriquer plusieurs cuillères analogues pour d’autres amis.

"Quand beaucoup de personnes m’ont questionné sur les cuillères en bambou, j’ai décidé d’en fabriquer en série",  a évoqué  Lê Xuân Hoa.

La fabrication de pailles en bambou lui est venue également par hasard. Il  y a deux ans, lors d’échanges avec la communauté, il a été informé des dangers des pailles en plastique sur l’environnement maritime. Et le soir même, il a fabriqué chez lui ses premières pailles en bambou, biodégradables. "En consultant la page Alibaba,  j’ai vu des pailles en bambou vendues à un prix extrêmement élevé et je suis sûr que je peux en fabriquer de plus belles mais à des prix plus bas",  s’est-il souvenu.

Comme son village natal est riche en bambou, il s’est mis à fabriquer ces pailles et les a vendues sur le marché. En septembre 2017, de quelques dizaines de pailles la demande est passée, après deux mois, à des milliers.  La ferme en a fourni jusqu’ici plus de 500.000. "J’ai été  surpris de voir les gens apprécier mes pailles de façon si chaleureuse", a-t-il confié.

Le business des pailles en bambou tient le bon bout hinh anh 3Produits de la ferme de Hon Mu lors de la foire aux produits vietnamiens 2018. Photo: VNP

 
"Le fait que la communauté utilise largement mes pailles prouve qu’elle a conscience de la nécessité de protéger l’environnement", a-t-il ajouté. Bien que la demande augmente de façon spectaculaire, il n’y a pas de production  en masse. "Je dois faire en sorte que l’élargissement de la production n’affecte pas les massifs de bambou et que je puisse exploiter toute en respectant la nature", a-t-il expliqué.

Après avoir passé une année à vérifier les sources de matières premières, il a décidé  en septembre 2018  d’élargir sa production de pailles. Ses produits respectent l’environnement, c’est-à-dire qu’ils sont décomposés dans la nature et donc ne polluent ni les sols ni les eaux.

La production de pailles  revêt  deux grandes  significations : elle offre un travail stable à des habitants locaux et contribue à restaurer un métier artisanal local. Lê Xuân Hoa compte faire de la ferme de Hon Mu une organisation à but non lucratif, un lieu où les gens prendront conscience de la nécessité de protéger la nature et de l’exploiter de manière raisonnée et durable. – VNP/VNA