Le vice-ministre indonésien des Affaires étrangères, M. Fachir, prend la parole lors de l'événement. Photo: VNA

 

Jakarta, 10 mai (VNA) - Un dialogue de haut niveau sur les droits de l'homme au sein de l'ASEAN, destiné à évaluer le fonctionnement de la Commission intergouvernementale pour les droits de l'homme de l'ASEAN (AICHR) depuis dix ans, s'est tenu jeudi 9 mai à Jakarta, en Indonésie.

L'événement était co-organisé par le Forum asiatique pour les droits de l'homme et le développement (FORUM-ASIA), l’organisation des Parlementaires de l'ASEAN pour les droits de l'homme (APHR) et le Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS).

Des experts des droits de l'homme, des personnalités politiques, des représentants d'organisations de la société civile, des activistes et des académiciens de l'ASEAN ont participé à la réunion pour mettre en exergue les réalisations, les défis, les opportunités et les recommandations à la lumière du bilan de l'AICHR.

Le dialogue devrait également susciter une action politique collective visant à renforcer le mandat de protection de l’AICHR par le biais de propositions et à renforcer les pratiques destinée à promouvoir la protection des droits de l’homme dans la région.

S'exprimant lors de l'événement, le vice-ministre indonésien des Affaires étrangères, M. Fachir, a souligné que l'AICHR devait protéger les droits des citoyens de l'ASEAN, et non simplement promouvoir la justice.

À sa dixième année d'existence, l'AICHR a besoin d'une nouvelle avancée pour améliorer son efficacité dans la région. La Commission pourrait stimuler l'innovation pour maximiser la protection des droits de l'homme et contribuer au développement comme au maintien de la paix dans la région, a-t-il ajouté.

Phillips Vermonte, chercheur au CSIS Jakarta, a affirmé qu'au cours de la dernière décennie, l'AICHR avait promu avec succès des instruments régionaux, notamment la Déclaration de l'ASEAN sur les droits de l'homme (AHRD) 2012, le Plan directeur sur la connectivité de l’ASEAN pour 2025.

Il a ajouté que l'avenir serait plus prometteur si les pays de la région collaboraient étroitement en matière de développement socio-économique, de paix et de sécurité, y compris les droits de l'homme.

Lors de l'événement, les délégués ont passé en revue les réalisations de l'AICHR jusqu'à présent, telles que l'AHRD, le Consensus de l'ASEAN sur la protection et la promotion des droits des travailleurs migrants en 2016, ainsi que la Convention de l'ASEAN sur la traite humaine (ACTIP) en 2017 .

Depuis sa création, l’AICHR est chargé d’élaborer des stratégies de promotion et de protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales des habitants de l’ASEAN, par le biais de l’éducation, de la supervision et de la diffusion d’informations sur les normes relatives aux droits de l’homme. –VNA