Photo: VietnamBiz

Hanoï (VNA) - Selon M. Ralf Pilarczyk, responsable des fusions-acquisitions de Standard Chartered Bank pour l'ASEAN, celles-ci sont un bon canal pour les sociétés nationales souhaitant évoluer rapidement et les entreprises étrangères désirant pénétrer plus facilement le marché vietnamien.

Le Vietnam est situé dans l'ASEAN, l'une des quatre régions économiques les plus dynamiques du monde. De plus, sa population jeune et ses nombreux autres avantages en termes de situation géographique et de politiques d’attraction d’investissement direct étranger font du pays une destination attrayante pour les investissements étrangers.

Selon les experts, au Vietnam, ont lieu de nombreuses transactions M & A, à différentes échelles et dans différents secteurs. En 2017, le marché des fusions-acquisitions au Vietnam a atteint une valeur transactionnelle totale de 6,1 milliards de dollars, faisant du pays une destination majeure au sein de la région. La majorité de ces transactions se sont concentrées dans l’immobilier et le commerce de détail.

L’acquisition par le groupe thaïlandais ThaiBev d’une participation de 54% dans le capital du plus gros fabricant de bière du Vietnam, Sabeco, fut l’opération la plus importante de 2017, estimée à 4,89 milliards de dollars américains. En outre, d’autres grosses transactions ont concerné la société Jardine Cycle & Carriage Limited de Singapour avec l’achat de 12,8 millions d’actions supplémentaires, d’une valeur d’un milliard de dollars, du groupe Vinamilk ;  ou celle du groupe sud-coréen CJ, qui a acquis 2 entreprises de logistique vietnamienne, pour 85 millions de dollars.

Selon le Département de l’investissement étranger, relevant du ministère du Plan et de l'Investissement, le marché des M&A a connu une forte augmentation de son chiffre d'affaires entre 2015 et 2017. En 2015, le marché ne pesait que 2,9 milliard de dollars, puis 4,7 et 6,1 milliards respectivement en 2016 et 2017. Et au cours des 4 premiers mois de 2018, il a atteint 2,2 milliards de dollars, + 167% en un an.

Outre les investisseurs étrangers, les entreprises nationales contribuent aussi considérablement au marché des fusions-acquisitions.

Cependant, les investisseurs sont freinés par le cadre juridique ainsi que par l’impossibilité d’acquérir une participation majoritaire et le manque d’informations sur les entreprises publiques. Aussi, pour dynamiser le marché des fusions-acquisitions, l'amélioration du couloir juridique s’avère-t-elle nécessaire. -CPV/VNA