Bangkok, 16 avril (VNA) - Après avoir connu des succès dans le nord-est du pays, la Thaïlande a élargi son programme de dépistage et de soin du cholangiocarcinome (CASCAP) afin d’aider les groupes à risque au Laos.

Photo: The Nation

Selon le docteur Narong Kantikaew, professeur à la faculté de médecine de l’Université de Khon Kaen, ce projet d'un million de livres sterling (41 millions de bahts) est financé par le fonds Kadoorie basé à Hong Kong (Chine).

Il sera lancé le 22 avril et durera trois ans avec l’objectif d’empêcher 70 à 80% des plus de six millions d'habitants lao d'être victimes de la douve du foie et du cholangiocarcinome.

En collaboration avec le ministère lao de la Santé publique, le CASCAP mettra à profit son expérience de travail dans le nord-est de la Thaïlande pour faire campagne et fournir des services médicaux aux villageois du Laos, a déclaré le docteur Narong.

«Nous ferons la même chose que dans le nord-est. Les gens ont des habitudes alimentaires et un mode de vie similaires », a-t-il déclaré. La consommation de viande crue est populaire dans le nord-est de la Thaïlande et au Laos.

Le projet bénéficierait non seulement au Laos mais également à la Thaïlande, car les habitants de la région traversent actuellement la frontière pour travailler en Thaïlande, a-t-il dit.

Dans le cadre du projet, des responsables médicaux et des volontaires fourniront des services médicaux et informeront les Laotiens sur les moyens de prévenir le douve du foie et le cholangiocarinonma.

Selon les estimations, plus de six millions de Thaïlandais sont atteints de la douve du foie et 20.000 du cholangiocarcinome. -VNA