Quang Ninh (VNA) – Le mont Yên Tu, réputé pour ses paysages magnifiques et ses centaines de reliques historiques et religieuses était, entre les XIIIe et XVe siècles, la capitale nationale du bouddhisme.

Le chemin de la pagode An Ky Sinh à celle de Dông est considéré comme le plus difficile du pèlerinage. Photo: VNP

 
Yên Tu est une chaîne de montagnes située au Nord-Est du Vietnam. Sa topographie et sa géologie, complexes, ont façonné de nombreux paysages naturels magnifiques, dont les cascades Ngu Dôi, Vàng et Bac, la Porte du Ciel, la route des pins...

Culminant à 1.068 m d’altitude, le mont se trouve à environ 45 km de la ville de Ha Long, province de Quang Ninh. Jadis, Yên Tu était connu sous le nom de Bach Vân Son (montagne aux nuages blancs) parce que le sommet était dans les nuages toute l’année. C’est aussi la raison pour laquelle certains l’ont appelé Phù Vân (nuage flottant).

Quand le printemps arrive, Yên Tu est souvent plongé dans la brume. Les vieilles pagodes sont encore plus mystérieuses. Parfois, le vent déchire le voile de brume l’espace d’un instant… Une atmosphère qui fait le charme du site.

Berceau du bouddhisme national

Il y a près de 1.000 ans, Yên Tu figurait déjà sur la liste des montagnes sacrées, attirant de nombreux pèlerins bouddhistes.

Au IIIe siècle av. J.-C, l’ermite taoïste An Ky Sinh y a mené une vie religieuse. Par la suite, des générations de moines vietnamiens et de fidèles ont afflué vers Yên Tu pour pratiquer leur foi, construire des pagodes et autres installations de culte.

Statue du roi bouddhiste Trân Nhân Tông au sommet An Ky Sinh. Photo: VNP

 

En effet, Yên Tu est le lieu de naissance du bouddhisme national. C’est là que le roi Trân Nhân Tông (1258-1308) se retira pour mener une vie d’ascète. Le roi-moine prit le nom de Trúc Lâm Dai Dâu Dà (littéralement "le grand moine ascétique"). Les gens l’appelaient alors respectueusement "le roi bouddhiste Trân Nhân Tông". Plus tard, deux autres maîtres zen, Pháp Loa et Huyên Quang, le rejoignirent. Ensemble, ils créèrent un nouveau courant zen appelé Trúc Lâm, signifiant en français "la forêt de bambou", où est né cette secte bouddhique. Celle-ci a unifié tous les courants zen existants et toute l’Église bouddhique de l’époque.

Le vénérable Thich Tuê Phuc, gérant adjoint du monastère zen de Trúc Lâm Yên Tu, a expliqué: "Yên Tu et le courant zen de Trúc Lâm sont étroitement liés. Au XIVe siècle, le roi Trân Nhân Tông, 3e génération de la dynastie des Trân, céda le trône, à l’âge de 35 ans, à son fils Trân Anh Tông. Six ans plus tard, il décida de s’installer à Yên Tu où il créa le zen de Trúc Lâm, une secte bouddhique purement vietnamienne".

Avec ses dizaines de pagodes, ses centaines de temples et de reliques précieuses de la secte zen de Trúc Lâm et de la culture de Dai Viêt, Yên Tu est sans conteste "la Mecque" du bouddhisme vietnamien.

Une biodiversité préservée

Le mont possède aussi une faune et une flore très variées. En 2011, le gouvernement a approuvé la création du Parc national de Yên Tu. D’une superficie de près de 2.800 ha, il abrite de nombreuses plantes rares et précieuses telle que Juniperus chinensis ‘Shimpaku’, pin rouge, bambou ivoire...

Yên Tu est encore plus attrayant auprès des visiteurs en raison de ses abricotiers et de ses vastes massifs de bambous. Le chemin menant au sommet traverse de vastes forêts de "bambou ivoire", une espèce que l’on ne trouve qu’à Yên Tu. Avec sa tige bien droite, elle symbolise la vitalité, la beauté et l’élégance.

La fameuse pagode de Bronze au sommet du mont Yên Tu, à plus de 1.000 m d'altitude. Photo: VNA

En plus des bambous, le chemin traverse une vieille pinède. Sur un tronçon de seulement 200 m, on compte plus de 200 pins vieux de près de 700 ans. La légende veut que ces arbres aient été plantés lorsque le roi Trân Nhân Tông alla dans la montagne pour mener une vie religieuse.

Du sommet de la montagne, les visiteurs peuvent voir au loin mer, rivières et montagnes. Les rivières Dà Bac et Bach Dang coulent comme des rubans de soie argentée au sud. La baie de Ha Long, parsemée de près de 2.000 îles karstiques, se trouve à l’est. Les plaines cultivées de la province voisine de Bac Giang sont visibles à l’ouest, alors que montagnes et forêts barrent la vue au nord.

Les visiteurs ont souvent des impressions différentes sur les paysages de Yên Tu selon les saisons. En hiver ou au printemps, le temps maussade, froid et souvent pluvieux lui donne une ambiance sombre. En été, grâce au soleil généreux et à la végétation luxuriante, il montre une allure beaucoup plus engageante. Et en automne, la forêt se pare ici et là du jaune des feuilles mortes, le temps agréable rend la balade très agréable.

Le meilleur moment pour visiter Yên Tu, du moins pour ceux qui aiment les festivités et que la foule n’incommode pas, est de janvier à mars, ce qui coïncide avec la fête annuelle du site.

En raison de sa valeur tant historique, culturelle que naturelle, Yên Tu a été reconnu "site national spécial" en septembre 2012. Il a également été choisi comme l’une des dix destinations spirituelles les plus populaires au Vietnam par l’Organisation des records du Vietnam. En particulier, Yên Tu figure sur la liste des sites candidats au titre de patrimoine mondial de l’UNESCO.

* Fête de Yên Tu

À partir du 10e jour du 1er mois lunaire et durant les trois premiers mois du printemps, des milliers de pèlerins participent à la fête de Yên Tu pour honorer le roi bouddhiste Trân Nhân Tông, Bouddha, et aussi profiter du paysage. Cette fête bouddhiste est l’une des plus importantes du pays. On y pratique des rituels pour solliciter la prospérité de chacun et du pays, ainsi que diverses activités culturelles et artistiques. – CVN/VNA