Hanoi (VNA) –  Les délégués à la conférence nationale sur la prévention et la lutte contre la corruption du 25 juin sont tous tombés d'accord sur le fait qu'aucune «zone interdite ni exception» n’est acceptée dans la lutte contre la corruption.
 
Lors de la conférence nationale sur la prévention et la lutte contre la corruption, le 25 juin à Hanoi. Photo : VNA

Ils ont demandé des inspections intensifiées pour éliminer les responsables dégénérés de l’appareil politique, tout en soulignant la nécessité d’accroître la responsabilité des dirigeants des localités dans la lutte contre les affaires de corruption.

Beaucoup ont déclaré que la prévention de la corruption ne peut réussir que lorsque la volonté politique du Parti et de l’État se transforme en actions concrètes des officiels, membres du Parti, fonctionnaires et habitants.

Partant de la réalité de la lutte anti-corruption à Hô Chi Minh-Ville, le secrétaire adjoint du comité municipal du Parti et président du comité populaire municipal Nguyên Thanh Phong a proposé de déterminer la responsabilité des dirigeants des organismes supérieurs pour les violations des dirigeants des organismes inférieurs si ces violations sont liées à divers secteurs, niveaux et établissements.

Certains délégués ont suggéré de continuer à appliquer la résolution du Parti sur le renforcement de la prévention de la corruption, de réviser et de compléter les documents juridiques sur la gestion socio-économique, notamment dans les domaines où la corruption survient souvent et de compléter le projet de loi sur la prévention et lutte contre la corruption.

Le vice-président du Comité central du Front de la Patrie du Vietnam, Ngô Sach Thuc, a déclaré que la loi devrait avoir un mécanisme suffisamment fort pour s’attaquer aux faiblesses du travail de prévention et de lutte contre la corruption constatées durant ces derniers temps.

Pour sa part, l’inspecteur général du gouvernement, Lê Minh Khai, a déclaré qu’il était nécessaire d’accélérer la réforme administrative et de compléter les réglementations sur la sanction des cadres, fonctionnaires et employés corrompus, y compris ceux déjà retraités.

Le vice-ministre de la Sécurité publique, Lê Quy Vuong, a demandé au Comité central de pilotage de la prévention et de la lutte contre la corruption d’inspecter et d’auditer sans préavis les projets liés au foncier et à l’investissement public, les projets clés et ceux qui rapportent des pertes énormes.

En découvrant des signes de violations de la loi, ces organismes devraient travailler avec l’agence de police d’enquête du ministère de la Sécurité publique pour minimaliser les pertes de biens de l’Etat et empêcher les suspects de s’échapper, détruire les preuves et disperser les biens, a-t-il ajouté. – VNA