Vientiane, capitale du Laos. Photo d'illustration: Internet

Hanoï (VNA) - La Banque mondiale est optimiste quant à la croissance économique du Laos, qui devrait rebondir à 6,5% en 2019, contre 6,3% l'année dernière, selon un rapport publié le 12 août.

La croissance devrait être motivée par le secteur de la construction, soutenu par de grands projets d’investissement dans les infrastructure, et par le secteur du commerce de gros et de détail.

Le gouvernement lao est déterminé à poursuivre l'assainissement des finances publiques en resserrant les dépenses publiques et en améliorant l'administration des recettes.

L'assainissement budgétaire devrait entraîner une réduction du déficit budgétaire à 4,3% du Produit intérieur brut (PIB) en 2019, contre 4,4% en 2018.

Le responsable de la Banque mondiale au Laos Nicola Pontara a déclaré que la croissance économique du pays d’Asie du Sud-Est était en train de rebondir après avoir diminué l'année dernière en partie à cause des inondations.

Toutefois, a-t-il averti, le Laos était exposé à un risque élevé de surendettement et plusieurs mesures devaient être prises pour faire face à cette situation.

Il serait nécessaire d'améliorer l’environnement d’affaires pour soutenir le développement du secteur privé, y compris la croissance des petites et moyennes entreprises, a-t-il ajouté.

Ces mesures peuvent contribuer à maintenir un environnement macroéconomique stable, à promouvoir la création d'emplois et à réduire la pauvreté et les inégalités, a indiqué M. Nicola Pontara.

M. Somneuk Davading, senior économiste à la Banque mondiale, a déclaré que, comparé à d'autres pays de la région, la croissance économique restait forte au Laos et que le pays figurait parmi les cinq nations de cette région ayant la plus rapide croissance économique.

Néanmoins, a-t-il ajouté, le gouvernement lao doit poursuivre ses réformes et améliorer encore le climat des investissements pour attirer davantage de capitaux.

Selon le rapport, la dépréciation du kip par rapport au dollar américain et au baht thaïlandais est une autre source de préoccupation pour le Laos, ce qui pourrait avoir une incidence sur le remboursement de la dette. -VNA