D’après le musicien Dô Hông Quân, président de l’Association de la musique du Vietnam, la musique vocale et les instruments à vent se développent toujours de façon parallèle depuis la naissance de la musique nationale. Cependant, l’instrument à vent est assez étranger aux Vietnamiens.

Bien que la musique vocale ait un rôle important dans le développement de la musique nationale, les instruments à vent sont aussi considérés comme faisant partie du trésor des œuvres de chaque musicien.

Chaque musicien caresse toujours de grands espoirs de composer une oeuvre pour instruments à vent, alors qu’il peut créer une centaine d’airs de chansons. Pour Dô Hông Quân, l’instrument à vent est considéré comme le «souffle» de sa vie.

Toutefois, les instruments à vent demeurent un domaine étranger pour le plus grand nombre de Vietnamiens. Concrètement, il est facile à voir le petit nombre de spectateurs dans chaque exécution des symphonies, qui est répandue impétueusement dans le public, y compris la participation des artistes réputés dans le monde.

«Actuellement, ces programmes sont essentiellement destinés aux spectateurs spécialisés dans les arts, aux musiciens, aux artistes, aux étudiants de l’Académie nationale de la musique», s’inquiète le président de l’Association de la musique du Vietnam Dô Hông Quân, avant de préciser que les vrais spectateurs de ces programmes sont des étrangers.

Aujourd'hui, les Vietnamiens peuvent consacrer 2 à 3 millions de dôngs pour un programme artistique, mais payer 500.000 dôngs pour écouter des œuvres de Bach, Tchaïkovski ou Mozart leur est toujours difficile. C’est tout simplement une musique totalement incompréhensible pour eux !

Le Festival de la nouvelle musique Asie-Europe s'est tenu du 8 au 12 octobre à Hanoi.

Aider la population à mieux comprendre les instruments à vent est le thème qui donne souvent lieu à des débats entre des autorités.

Développer des programmes d’échanges et des festivals

Récemment, le New Music Festival Asia-Europe 2014, le Festival de la nouvelle musique Asie-Europe, a été organisé pour la première fois au Vietnam. Ce sont quelque 200 musiciens de 30 pays qui étaient présents à cette véritable fête de la musique où compositeurs et artistes se sont rencontrés et ont échangé des expériences.

Le festival comprenait des concerts de diverses formes comme de genres, du classique avec symphonie, musique de chambre et opéra, au ballet en passant par la musique traditionnelle et folklorique. “Le fait que le Vietnam ait été choisi pour organiser ce festival témoigne de nos efforts pour développer correctement la musique instrumentale. Le Vietnam a été apprécié lors de précédents festivals. En tant que pays exemplaire dans la région, il a donc été retenu pour être le premier pays d'Asie à organiser cet évènement”, a expliqué, lors d’une récente conférence de presse, Dô Hông Quân.

"Le New music festival Asia-Europe 2014 était une très bonne occasion pour nous de promouvoir la musique contemporaine vietnamienne. Beaucoup de jeunes musiciens vietnamiens ont envoyé leurs œuvres comme Lê Bang, Dô Kiên Cuong, Trân Luu Hoàng... Cela montre que la musique instrumentale se développe solidement au Vietnam», a souligné la musicienne Nguyên Thi Minh Châu, présidente du Comité de théorie de l’AMV.

Ce festival était également l'occasion de jeter un regard en arrière sur la musique professionnelle au Vietnam tout en contribuant à sensibiliser la population sur la position et le rôle de la musique instrumentale dans la vie.

Depuis longtemps, le Vietnam s’intéresse au développement de la musique instrumentale, et des artistes vietnamiens ont participé à de grands concours internationaux où ils ont obtenu des succès remarquables. «Cependant, il est nécessaire pour les autorités d’amplifier la prise de conscience des Vietnamiens au regard des instruments à vent. L’objectif est de le généraliser à tous les Vietnamiens», souligne Dô Hông Quân. -CVN/VNA