Ho Chi Minh-Ville prendra en charge tous les frais d’obseques hinh anh 1

Les frais de décès dus au COVID-19 seront pris en charge par la municipalité.

Hô Chi Minh-Ville (VNA) - La vice-présidente du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Phan Thi Thang, a déclaré que la ville prendra en charge l'intégralité du coût d'obsèques pour les personnes décédées à cause du COVID-19, notamment les frais d'inhumation, de transport, de crémation et de livraison des cendres aux proches du défunt.

Cette décision vient d'être prise face à la situation difficile de nombreuses familles ayant des défunts à cause du COVID-19.

En conséquence, pour ceux qui sont décédés du COVID-19 dans les hôpitaux, la ville remboursera les frais d'inhumation, entre autres. Pour les personnes décédées à domicile, ce seront les comités de quartier qui gèreront ces frais. 

En ce qui concerne la procédure de remboursement, il suffira d'un certificat de décès d'un défunt dû au COVID-19.

Quatre lieux de crémation ont été définis à Hô Chi Minh-Ville. Il s’agit des zones funéraires de Binh Hung Hoa (arrondissement de Binh Tân), Da Phuoc (arrondissement de Binh Chanh),  Phuc An Viên (arrondissement 9) et Long Tho (district de Cu Chi).

Concernant cette politique, Nguyên Toàn Thang, directeur du Service municipal des ressources naturelles et de l'environnement, a confirmé que tous les frais d’obsèques seront remboursés, reflétant la politique humanitaire de la ville.

Concernant le fait qu'un certain nombre d'installations funéraires augmentent les prix des funérailles en raison des coûts élevés de personnel et de matériel, la ville a également pris des directives.

Le directeur du Service municipal de la police a demandé à ses unités concernées de découvrir les installations funéraires augmentant de façon irraisonnable les prix des cercueils et des coûts de service, avant de prendre les mesures nécessaires.

Fidèle à la devise "Une ville pour le peuple, une ville habitable", Hô Chi Minh-Ville a fait tous les efforts pour assurer la sécurité dans le domaine de la santé, de la sécurité d’approvisionnement en produits essentiels, notamment la prise en charge financière - à hauteur de milliers de milliards de dôngs - des pauvres et chômeurs mis en grande difficulté par la période de distanciation sociale. -CVN/VNA