Hanoi (VNA) - 2019 s'annonce comme une année prometteuse pour le développement de l'exportation de main-d'œuvre. Une série de marchés du travail intéressants et à revenu élevé sont «ouverts» aux travailleurs vietnamiens en 2019.

Des travailleurs vietnamiens partent à l'étranger. Photo d'illustration : VNA

Le Japon prend la tête

Le Japon est favorisé par les travailleurs vietnamiens. Jusqu'à présent, le Vietnam a envoyé près de 200 000 personnes à travailler au Japon.

En 2013, pour la première fois, le nombre de travailleurs envoyés au Japon dépassait 10 000 personnes par an, en 2015, plus de 30 000 personnes et en 2017, plus de 54 000 personnes. Le nombre total de Vietnamiens travaillant actuellement au Japon est d'environ 126 000. Le Vietnam a dépassé la Chine pour devenir le pays ayant le plus grand nombre de travailleurs envoyés annuellement au pays du Soleil-levant et le plus grand nombre de travailleurs au Japon parmi les 15 pays envoyant des travailleurs au Japon.

En particulier, au cours des derniers mois de 2018, pour la première fois, le marché japonais a dépassé Taiwan (Chine) pour devenir le principal destinataire de la main-d'œuvre vietnamienne. À la fin du mois de novembre 2018, le Japon avait accueilli plus de 60 000 travailleurs vietnamiens, ce qui représentait près de 50% des Vietnamiens travaillant à l'étranger.

À compter de 2019, le nombre de travailleurs se rendant au Japon augmentera plus fortement et plus rapidement au moment où le projet de loi sur la gestion de l'immigration (amendé), adopté officiellement par la Chambre des conseillers du Japon le 8 décembre 2018, entrera en vigueur en avril 2019. Avec ce nouveau projet de loi, le Japon accueillerait 345 000 travailleurs étrangers dans les 5 prochaines années. Le projet de loi ouvre de nouvelles perspectives pour les travailleurs vietnamiens.

Pham Viet Huong, directeur adjoint du Département de la gestion des travailleurs à l'étranger (ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales) a déclaré que, selon le projet de loi sur la gestion de l'immigration, dans l’immédiat, le Japon accueillerait des travailleurs étrangers dans 14 secteurs : construction, construction navale et industrie navale, agriculture, aide-soignant, hébergement, denrées alimentaires, boissons, restauration, pêche, assainissement de bâtiments, fonderie, industrie électrique/électronique/information, entretien/réparation automobile, et aviation.

«Fondamentalement, les ressources humaines du Vietnam peuvent répondre à la demande d'accueil japonaise conformément à la nouvelle politique. Cependant, pour atteindre les objectifs d'industrialisation et de modernisation, nous mettrons davantage l'accent, en 2019, sur la répartition des travailleurs dans des emplois tels que la construction navale, la fonderie, l’industrie électrique électricité/électronique/ information, l’entretien/réparation automobile et l’aviation... ", a souligné Pham Viet Huong.  

Des centaines de milliers d'opportunités d'emploi en Europe

Les mémorandums sur le travail signés à la fin de 2018 sont une bonne nouvelle pour les opportunités d'emploi à l'étranger.

Lors d'une visite en Europe en novembre 2018, le ministre du Travail, des Invalides et des Affaires sociales Dao Ngoc Dung a signé un mémorandum d'accord sur la coopération dans le domaine du travail et la sécurité sociale avec la Bulgarie et la Roumanie. Avec ces deux mémorandums, les travailleurs vietnamiens disposeront de centaines de milliers d'emplois en Europe.

Les ouvriers passent l'examen de langue coréenne pour travailler en R. de Corée. (Photo: Vietnam +)


Des représentants du département de la gestion des travailleurs à l'étranger (ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales) ont déclaré que rien qu'en Bulgarie, le Vietnam pourrait fournir 50 000 travailleurs dans les domaines suivants: construction, textile, agriculture de haute technologie, soins infirmiers.

En plus de la Bulgarie, la Roumanie est également considérée comme un marché potentiel d'exportation de main-d'œuvre dans la région européenne. La Roumanie a de gros besoins en travailleurs étrangers, avec des industries adaptées aux travailleurs vietnamiens, un salaire et un revenu garantis.

Le ministre Dao Ngoc Dung a déclaré: «À l'heure actuelle, la demande de main-d'œuvre de la Roumanie est énorme. En outre, les travailleurs roumains se déplacent désormais beaucoup vers les pays d'Europe occidentale, ce qui entraîne une grave pénurie de travailleurs domestiques dans les industries. La Roumanie a désespérément besoin de main-d'œuvre dans les domaines suivants: soudure, construction, production et transformation de produits agricoles...".

Appréciant la perspective d’envoyer des travailleurs vietnamiens en Roumanie dans les prochaines années, le ministre Dao Ngoc Dung a affirmé qu'il demanderait au département de la gestion des travailleurs à l’étranger de guider les entreprises vietnamiennes d'exportation de main-d'œuvre dans le choix des travailleurs qualifiés, et dans la négociation pour signer de bons contrats afin de garantir les salaires, les conditions de travail et les régimes de protection sociale des employés.

Selon les prévisions, dans les années à venir, les entreprises roumaines ont besoin des centaines de milliers de travailleurs. Les travailleurs vietnamiens se rendant en Roumanie bénéficieront de bonnes conditions de travail avec un salaire de base compris entre 600 et 1200 USD/mois (environ 13-17 millions de dongs/mois), en fonction des besoins de chaque industrie.

Ces dernières années, le nombre de travailleurs exportés a augmenté de façon continue. Chaque année, plus de 120 000 travailleurs vietnamiens se rendent à l’étranger. Cependant, pour pouvoir saisir ces opportunités, les travailleurs doivent acquérir des compétences en langues étrangères et en discipline du travail.

Selon les données du département de la gestion des travailleurs à l'étranger (ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales),  plus de 140 000 Vietnamiens travaillant à l'étranger en 2018, soit une augmentation de 7% par rapport à 2017. -VNA