Le Dialogue de politique de haut niveau sur le développement de l’écosystème de start-up régional. Photo: VNA

 

Da Nang (VNA) – Le Dialogue de politique de haut niveau sur le développement de l’écosystème de start-up régional a eu lieu le 30 novembre dans la ville de Da Nang (Centre), dans le cadre de Techfest Vietnam 2018.

Le dialogue a attiré des dirigeants de certaines organisations internationales, des dirigeants des ministères des Sciences et Technologies des pays membres de l’ASEAN et ceux de ministères et secteurs vietnamiens.

Prenant la parole, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a affirmé que malgré des difficultés dans le développement de la start-up et de l’innovation, les organes de l’Etat et du gouvernement accordaient toujours une attention à leur développement.

Environ 70% des projets de start-up voient la participation étrangère et 39/40 fonds d’investissement aventureux sont à la disposition des investisseurs étrangers, a-t-il annoncé, ajoutant qu’il n’y avait pas de distinctions entre les projets de start-up du Vietnam et de l’étranger.

Il est important pour les start-up de trouver les opportunités dans les difficultés et défis auxquels le Vietnam fait face durant son processus de transit et de croissance. Selon Vu Duc Dam, les start-up peuvent trouver les opportunités dans divers domaines comme l’éducation, la santé, les transports, le paiement électronique, l’agriculture… Il a aussi abordé les difficultés concernant les fonds, les infrastructures, la justice, l’éducation, les ressources humaines et aussi la création d’une base de données grande et ouverte pour le communauté de start-up.

Le ministre vietnamien des Sciences et des Technologies Chu Ngoc Anh a souligné que le gouvernement vietnamien considérait les entreprises de start-up comme un élément important de l’économie, la force pour la croissance économique et le développement durable. Il a aussi insisté sur les politiques au service du développement, de l’amélioration de la qualité et des liens des composants de l’écosystème de start-up. Il n’a pas oublié de refléter le rôle du gouvernement dans la matière.

Selon Chu Ngoc Anh, en 2017, les ministres des Sciences et Technologies de l’ASEAN ont adopté une déclaration commune sur l’innovation pour soutenir les entreprises start-up. Ce dialogue est une action pour concrétiser cette déclaration.

Susan Amat, présidente du Réseau mondiale de start-up, a indiqué que les investisseurs devaient prêter leur attention à l’étude de marché et de besoins de la société au lieu de recherche de capitaux.

Peter Ong, président de l’Agence d’assistance aux entreprises singapouriennes, a partagé des expériences de Singapour dans la promotion de la start-up. Singapour est arrivé à trouver les ressources pour mobiliser les fonds en faveur des entreprises de start-up à travers les liens avec les investisseurs aventureux, a-t-il précisé.

A l’issue du dialogue, des accords de coopération ont été signés entre le Département de développement du marché et des entreprises en sciences et technologies du Vietnam et l’Agence de développement des entreprises de Singapour, le Centre de start-up de Thaïlande… -VNA