Le nettoyage de la tombe, une des traditions vietnamiennes avant le Têt.

Hanoi (VNA) - C’est à partir du 20e jour du dernier mois lunaire précédant le Têt que presque tous les Vietnamiens rendront hommage aux ancêtres. Cette tradition se caractérise en particulier, pendant plusieurs jours, par le fait d’aller embellir les tombes de leurs défunts et de mettre des offrandes sur leurs autels des ancêtres.

Une dizaine de jours avant le Têt, toutes les familles des Vietnamiens doivent se rappeler la date à laquelle les membres de leur famille se rendront, chaque année, sur les tombes de leurs proches décédés.

Selon la tradition vietnamienne, le frère aîné ou le benjamin de la famille joue le rôle le plus important car il est chargé d’organiser les cérémonies d’hommage aux ancêtres, et de contacter les autres membres de la famille pour les rassembler en ces jours de réunion sacrée.

Dès l’aube, le frère aîné et/ou le benjamin préparent la houe, le couteau, la faucille sans oublier des bouquets de fleurs, des bâtonnets d’encens ainsi que des papiers votifs. Ensuite ils passent frapper à la porte de la maison de leurs proches, puis se rendre en famille aux tombes de leurs défunts pour nettoyer les mauvaises herbes, la repeindre, avant de déposer des offrandes de culte sur ces tombes. La journée se poursuit par des prières pour souhaiter la santé, la chance et la prospérité à chaque membre en vie de leur famille.

Faire revivre la vie des ancêtres

Au moment d’enlever (tao mô en vietnamien), les plus jeunes se rappellent le parcours de leurs ancêtres lorsqu’ils étaient en vie. Ces derniers  ont connu des hauts et des bas dans leur vie privée et professionnelle. En particulier, les derniers vœux adressés par les ancêtres aux personnes vivantes sont rappelés par les membres de la famille. C’est à ce moment que les larmes et les sourires se mêlent en évoquant le souvenir de leurs ancêtres défunts.

Après avoir bien nettoyé les tombes et déposé des offrandes symboliques sur les tombes, les membres de la famille rentrent et se réunissent chez le frère aîné ou chez le benjamin, pour déguster un repas qui est préparé peu à l’avance.

Les repas de culte destinés aux défunts

Il y a bien longtemps, ces repas de culte étaient un rituel chez les familles pour rendre hommage à leurs proches défunts. Les repas sont souvent nutritifs et toujours accompagnés de viande de porc, de poulet, de bœuf et bien évidement d’un peu d’alcool pour prolonger les discussions autour de leurs proches défunts et pour l’année à venir. 

Les nouveaux projets et les ambitions des membres de la famille du Nouvel An sont également au cœur des discussions lors du repas. Après le repas, notamment dans le Sud, on continue de rendre visite à d’autres familles pour profiter des moments d’hommage et de fête jusqu’à ce que la dernière personne quitte la table. -CVN/VNA​​