Photo : taichinh

 

Hanoi (VNA) - Parallèlement à l’absorption des fonds d’IDE en provenance des investisseurs stratégiques comme Sud-Coréens, Japonais, Singapouriens…, le renforcement de l’attraction des fonds de l’Europe et des Etats-Unis devrait constituer aussi l’une des priorités du Vietnam.

Une recommandation qui vient d’être donnée par le groupe d’experts qui rédigent le projet intitulé «Stratégie et orientations d’attraction des fonds d’IDE pour la période 2018 – 2030», qui a souligné la nécessité d’attirer des fonds d’IDE non seulement du Japon et de République de Corée, mais encore d’Europe et des Etats-Unis en vue de diversifier l’origine de ces fonds ainsi que de renforcer les transferts de technologies.

Depuis longtemps, de nombreux investisseurs des Etats-Unis et de l’Europe affirment qu’ils considèrent le Vietnam comme une destination d’investissement «très attractive» ; cependant, les montants engagés demeurent limités. 

Ainsi, selon le Département de l’Investissement étranger, fin mars dernier, le Vietnam avait drainé 59 milliards de dollars d’IDE de République de Corée, près de 50 milliards du Japon, mais seulement près de 10 milliards de dollars venus des Etats-Unis, et 16 milliards de dollars d’Europe.

Alors, comment séduire ces investisseurs ?

Selon les experts, les accords commerciaux dont le Vietnam est partie ouvrent de belles opportunités pour renforcer les exportations vers de grands marchés comme attirer l’IDE. Nul doute que l’accord de libre – échange entre le Vietnam et l’UE sera un levier majeur pour attirer les capitaux européens.

De plus, le fait que les États-Unis envisagent leur retour à l’accord de partenariat trans-pacifique global et progressif (CPTPP) pourrait ouvrir des opportunités d’attraction des fonds de la première puissance mondiale.

Selon un représentant de la Banque mondiale, les entreprises européennes et américaines s’intéressent de près au marché du Vietnam mais elles hésitent encore du fait d’une envergure du marché encore modeste et une transparence des marchés financier, immobilier… jugée comme peu élevée.  

Ryu Hang Ha, président de l'Association des entreprises sud-coréennes au Vietnam (Korcham), a estimé que «la qualité de la main-d’œuvre, les formalités administratives et les infrastructures de logement sont des choses importantes pour les investisseurs étrangers, non seulement Sud-coréens mais aussi Européens, et qui pèsent lourd dans leur choix d’un lieu d’investissement». -CPV/VNA