L'ancienne pagode Tôn Thanh, vieille de 200 ans, est située dans la commune de My Lôc, district de Cân Giuôc, province de Long An (delta du Mékong) . Elle est le lieu où a vécu le grand poète patriote Nguyên Dinh Chiêu.

Selon les annales historiques, la pagode de Tôn Thanh, avec son nom initial Lan Nha, a été construite par le moine Viên Ngô en 1808 (7e année du règne du roi Gia Long). En 1845, Viên Ngô, qui suit la religion bouddhiste depuis 40 ans mais n'a pas atteint l’illumination, décide de s'asseoir en méditation sans boire de l’eau pendant 49 jours. Il en décède. Pour honorer ce moine qui a consacré sa vie entière au bouddhisme, les habitants appellent la pagode Ông Ngô, Tang Ngô ou Lao Ngô.

Seize années après la mort du moine Viên Ngô, la pagode de Tôn Thanh est devenue célèbre pour être le lieu où le poète Nguyên Dinh Chiêu a écrit «Van tê nghia si Cân Giuôc» (Oraison funèbre pour les partisans de Cân Giuôc). Pendant trois ans, de 1859 à 1861, vivant dans la pagode, le poète aveugle a écrit de nombreuses œuvres littéraires et a exercé la médecine en faveur des gens du pays.

Dans une attaque surprise sur le poste militaire de Tây Duong au marché Truong Binh dans la nuit du 15e jour du 11e mois lunaire en 1861, l'une des trois troupes de l’armée insurrectionnelle de Cân Giuôc a tué un officier de l’armée française, appelée Phu Lang Sa par les locaux. Fier du courage des soldats de Cân Giuôc, le poète Nguyên Dinh Chiêu a composé «Oraison funèbre pour les partisans de Cân Giuôc» à la pagode de Tôn Thanh.


De nombreuses statues trônent dans le sanctuaire de la pagode.

Les reliques du poète Nguyên Dinh Chiêu et l’«Oraison funèbre pour les partisans de Cân Giuôc» sont encore conservées dans la pagode. Ce sont deux stèles, l'une sur le poète Nguyên Dinh Chiêu, construite en 1973, et l’autre sur l’«Oraison funèbre pour les partisans de Cân Giuôc» construit en 1998. Dans le jardin de la pagode, il y a un stupa de trois étages en forme d'hexagone de 4,5 m de haut du moine Viên Ngô avec l’inscription en relief «Gloire au Bouddha Amitabha» et un autre, du moine Tô Tac Thành, carré à trois étages et de 3 m de haut.

Après avoir été restaurée à plusieurs reprises, la pagode a connu beaucoup de changements. Elle comprend une salle de culte, un sanctuaire, une maison de prédication et les couloirs de l'ouest et l'est. En particulier, elle conserve encore l'ancien style architectural avec un système de quatre piliers dans le sanctuaire principal, plusieurs statues bouddhistes du début du 19e siècle, des sentences parallèles, panneaux transversaux et une statue en bronze du Bodhisattva Ksitigarbha haute de 110 m.