Hanoi (VNA) – Un cargo vietnamien en route pour les Philippines depuis le Vietnam a été attaqué par des pirates près des Philippines qui ont enlevé 6 des 19 membres d’équipage, a confirmé le 11 novembre l’Administration maritime du Vietnam.

Une photo non datée du Royal 16 sur son Facebook. Photo: vietnamnet.vn
Le Royal 16, immatriculé IMO 9600011, de nationalité vietnamienne, transportait du ciment de la province vietnamienne de Quang Ninh (Nord) aux Philippines au moment de l’agression dans les eaux philippines, a-t-elle fait savoir.

Le navire a activé son système d’alerte de sûreté du navire (SSAS, pour Ship Security Alert System) à 03h31 le 11 novembre à 06040.45’ de latitude Nord et 122029.05’ de longitude Est, à 10 milles marins de l’île philippine de Basilan dans la direction ouest-sud-ouest, a-t-elle précisé.

Selon les premières informations vérifiées, des pirates ont attaqué le Royal 16 avec 19 membres d’équipage à bord et pris en otage 6 membres d’équipage, a fait savoir l’Administration maritime du Vietnam.

Relâché par la suite avec 13 membres d’équipage restants dont un blessé par balle à la main, le cargo se dirigeait vers le port de Zamboanga qui lui était le plus proche, a-t-elle indiqué, ajoutant qu’il a accosté à ce port et que des gardes-côtes philippins ont monté à son bord.

Le Royal 16 de la Compagnie par actions de transport maritime Quy Sang, basée dans la province de Thai Binh (Nord) était exploité par la Compagnie par actions de navigation maritime Hoàng Gia, siégeant dans la ville de Hai Phong (Nord).

L’Administration maritime du Vietnam a informé et demandé l’aide au Centre pour le partage d’information établi à Singapour par l’accord sur la coopération régionale pour combattre la piraterie et le vol à main armée contre les navires en Asie (ReCAAP), au Centre d’information sur la piraterie du Bureau maritime international (IMB-PRC), et au Département consulaire du ministère vietnamien des Affaires étrangères.

Elle a également rapporté l’affaire au ministère vietnamien des Transports et des Communications, et aux instances concernées pour chercher à libérer les otages. – VNA