Bangkok (VNA) – Le Conseil législatif national (Assemblée nationale législative de Thaïlande - ANL) a rejeté par vote le 22 février au soir toutes les nominations aux postes de membres de la Commission électorale (CE), ce qui rend plus complexe le processus de préparation des  élections générales qui se tiendraient en novembre prochain.

L’Assemblée nationale législative de Thaïlande. Photo : AFP

Aucun des sept candidats n’a pas obtenu 50% des voix des 248 membres de l’ANL nécessaires à son élection, selon les résultats du vote, synonymes du relancement de nouvelles nominations qui devra s’achever dans les 90 jours qui s’en suivent.

La Loi sur la Commission électoriale de Thaïlande dispose que la nouvelle CE aura sept membres au lieu de cinq comme auparavant, dont cinq seront nommés par un comité dirigé par le président de la Cour suprême, Cheep Jullamon.

Les membres actuels de la CE restent dans leur poste actuel mais ne peuvent pas participer aux préparatifs des élections locales en cette année, dans l’attente de l’entrée en fonction de nouveaux membres, probablement en septembre prochain, selon Somchai Srisuttiyakorn, membre de la CE.

Le même jour, le Pheu Thai (PTP, «Pour les Thaïlandais») a réfuté dans un communiqué les rumeurs sur toute emprise de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra sur ce plus grand parti d’opposition.

Cette déclaration est intervenue dans le contexte où les autorités de sécurité enquêtaient sur les récentes rencontres de plusieurs dirigeants du PTP avec les   Shinawatra en Chine, au Japon et à Singapour. – VNA