Des étudiants cherchent des emplois saisonniers à l'approche du Têt pour financer leurs études. Photo : ST/CVN
 
 
Hanoï (VNA) - Le Têt (Nouvel An lunaire) approche à grand pas. La demande de personnel saisonnier augmente fortement notamment dans les secteurs du marketing, du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration ou des services à domicile. C’est l’occasion, pour les étudiants, de travailler un peu pour financer leurs études.

Selon le Centre d’emplois pour les jeunes de Hô Chi Minh-Ville, à l’heure actuelle, environ 200 entreprises sont à la recherche de travailleurs saisonniers, et plus de  2.000 emplois saisonniers sont vacants. Les recrutements se font surtout dans les secteurs du marketing, du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, des services de livraison de marchandises, de garde de véhicules…

Dans la capitale, cette augmentation de l’offre d’emplois saisonniers constitue une bonne occasion pour les étudiants de trouver un emploi supplémentaire. Outre le gain financier, ils peuvent y acquérir de l'expérience, et s'habituer à l'environnement de travail : tout ce qui manque aux étudiants fraîchement diplômés.

Thai Thi Hoà, étudiante en 2e année de l'Université ouverte de Hanoï, originaire de la province de Quang Nam (Centre), souligne qu'elle ne retournera dans son village natal lors du prochain Têt. Elle veut chercher un emploi pendant cette période afin de gagner un peu d’argent et pouvoir aider un peu sa famille. "Je veux aussi acquérir de l'expérience", confie-t-elle.

Chercher un emploi supplémentaire

Trân Anh Minh, étudiant en 3e année de l'Université de droit de Hanoï, a trouvé facilement un poste de gardien de véhicule lors de la Foire du printemps. Avec ce travail, outre son salaire de 120.000 dôngs par jour (12 heures), il mange gratuitement trois fois par jour. "Je souhaite profiter du Têt qui approche pour chercher un emploi supplémentaire".

Quynh, étudiante de l'Université de droit de Hanoï, raconte qu’elle et 8 de ses amies travaillera pour une société. Elles devront distribuer des annonces, le tout pour un salaire de 500.000 dôngs/8 jours (3 heures/jour).

Nguyên Hoài Nam, étudiant en tourisme à l'Université ouverte de Hanoï, ne cache pas sa joie d'avoir été embauchée par une agence de voyage contre une rémunération de 1,8-2,5 millions de dôngs par voyage.

Van Trung, patron d’un groupe responsable de la réparation des maisons à Hanoï fait savoir qu’il reçoit de nombreuses demandes de la part de particuliers qui veulent rénover leur maison avant le Têt. Toutefois, il se voit obliger de refuser plusieurs contrats car il ne peut pas recruter assez de travailleurs, du fait de leur salaire trop élevé.

En outre, à l'heure actuelle, la plupart des familles veulent nettoyer, balayer, arranger et orner leurs maisons, c’est pourquoi le recrutement des femmes de ménages horaires augmente. Il s’agit aussi d’une opportunité pour des étudiantes. -CVN/VNA