New Delhi, 13 juillet (VNA) - L’Association de recherche sur l’océan indien a tenu, vendredi 12 juillet au Centre international de l’Inde à New Delhi, un séminaire sur la Mer Orientale.

L'ambassadeur du Vietnam en Inde, Pham Sanh Chau, intervient lors du séminaire. Photo: VNA

 

Cet événement a été organisé deux ans après la sentence de la Cour permanente d'arbitrage de La Haye (CPA) dans le cadre du procès introduit par les Philippines contre la  Chine sur les revendications chinoises en Mer Orientale.

Etaient présents, entre autres, l'ancien secrétaire indien aux Affaires étrangères, Lalit Mansingh ; l'ambassadeur du Vietnam en Inde, Pham Sanh Chau ; l'amiral Pradeep Chauhan, directeur de la National Maritime Foundation (NMF) ; des diplomates indonésien et philippins, et de nombreux chercheurs sur la Mer Orientale.

Les intervenants ont présenté certaines interventions sur le statut et l'importance de l'application de la décision de la CPA ; la nécessité de mettre en place un code de conduite en Mer Orientale (COC) juridiquement contraignant entre la Chine et l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (ASEAN); les mesures destinées à réduire la tension dans cette zone maritime et à affirmer le rôle du droit international et du respect de l’ordre basé sur les règles.

L'ancien secrétaire indien aux Affaires étrangères, Lalit Mansingh, a évoqué la difficulté d'application de la décision de la CPA, en partie du fait que cette institution manque d'autorité pour la faire respecter. Par ailleurs, la Chine la rejette et ne reconnaît pas sa juridiction.

Selon cet ancien diplomate, la question de la Mer Orientale aura de profondes répercussions sur la sécurité dans la région  indo-Pacifique comme dans le monde entier. 

Il a également évoqué les relations culturelles et historiques entre l'Inde et la Mer Orientale, ainsi que les grands intérêts et les préoccupations de l'Inde pour la question de la Mer Orientale.

Pour sa part, l’ambassadeur Pham Sanh Chau a estimé que l’actuelle situation en Mer Orientale est toujours extrêmement complexe, imprévisible et continue d’attirer l’attention de nombreux pays de la région et du monde. 

Il a appelé les parties concernées à faire des efforts pour maintenir la paix et la stabilité, à garantir la liberté de navigation maritime, de survol et d'activités commerciales sûres et sans entrave, ainsi qu’à accroître la confiance et à éviter de complexifier la situation.

Lors de ce séminaire, des chercheurs ont également donné des évaluations sur les particularités géoéconomiques et géopolitiques de la région, appelé les parties à régler leurs différends par des mesures pacifiques sur la base du droit international, à ne pas utiliser la force ni menacer de l’utiliser, à s’abstenir d’actions susceptibles de complexifier la situation ou d'intensifier les différends, affectant la paix et la stabilité.

Ils ont particulièrement souligné l’importance de la Mer Orientale où un volume de marchandises d’une valeur de 5.000 milliards de dollars transite chaque année. -VNA