Pour une meilleure prise en charge des victimes de l'agent orange hinh anh 1Photo d'illustration : baodansinh

Hanoï (VNA) - Il y a 61 ans jour pour jour, le 10 août 1961, l’armée américaine répandait pour la première fois des produits chimiques contenant de la dioxine, plus connue sous l’appellation «agent orange», sur le sud du Vietnam. Entre 1961 et 1971, 80 millions de litres de produits chimiques, dont plus de 60% étaient de la dioxine, y ont été déversés. Depuis la réunification du pays, le Parti et l’État vietnamiens n’ont ménagé aucun effort pour assainir les régions gravement touchées par ce produit chimique toxique et prendre en charge les victimes.

Plus de 4 millions de Vietnamiens ont été exposés à l’agent orange. Trois millions d’entre eux sont considérés comme des victimes directes, car présents sur les sites lors des déversements de produits chimiques. Mais il existe aussi des victimes indirectes. Les séquelles de l'agent orange ont été transmises aux 3e, voire 4e génération. La plupart de ces victimes ont des malformations congénitales ou une vie végétative.

Adoucir les souffrances des victimes

Pour garantir une meilleure prise en charge des victimes de l’agent orange et de leurs enfants, le système juridique en la matière a été perfectionné. La confirmation de la contamination des combattants de guerre et de leur progéniture s'est rapidement achevée pour qu’ils puissent bénéficier des aides de l’État.

Actuellement, plus de 320.000 combattants et leurs enfants infectés par l’agent orange ont bénéficié des allocations mensuelles. Chaque année, l’État consacre un budget de 10.000 milliards de dongs pour venir en aide aux victimes. Cette somme leur est attribuée sous forme d’allocations mensuelles, de soins de santé, de services, de réhabilitation et de formation professionnelle.

Ainsi, des centaines de milliers de personnes gravement handicapées, dont des victimes de l'agent orange, ont bénéficié d'une rééducation orthopédique et fonctionnelle et des dizaines de milliers d'enfants handicapés, y compris ceux souffrant des conséquences indirectes de l'agent orange, sont scolarisés dans des écoles spécialisées.

“Soutenir les personnes ayant servi la nation doit être une priorité, car ce travail contribue également à la défense nationale. Le Parti, l’État et toute la population se mobilisent pour mieux prendre en charge les personnes méritantes de la patrie et adoucir leurs souffrances”, a souligné le président Nguyên Xuân Phuc lors d'une rencontre avec des représentants de l'Association de soutien aux familles des morts pour la patrie et de l'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange, en juillet 2021.

Une mobilisation de toute la société

Pour une meilleure prise en charge des victimes de l'agent orange hinh anh 2Le président Nguyên Xuân Phuc lors d'une rencontre avec des représentants de l'Association de soutien aux familles des morts pour la patrie et de l'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange, en juillet 2021. Photo: VNA

La solidarité envers les victimes de l’agent orange est devenue un vaste mouvement social qui implique des particuliers, mais également de nombreuses organisations vietnamiennes et étrangères. Des centaines de milliards de dongs ont été collectés pour réparer ou construire des maisons et des saunas de désintoxication pour les victimes, financer leurs soins médicaux, leur formation professionnelle, et pour leur offrir des fauteuils roulants et accorder des bourses d’études à leurs enfants. De nombreux centres de protection sociale ont été créés en leur faveur.

Depuis le début de 2022, l'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange a mobilisé plus de 200 milliards de dongs pour venir en aide à ses membres. Ainsi, des millions de victimes ont bénéficié de son aide.

Le Vietnam compte actuellement 12 villages de la paix et de l'amitié et de nombreux centres d'accueil d'enfants handicapés et d’enfants souffrant de malformations causées par les effets de l’agent Orange pour la plupart.

26 centres de protection sociale proposent des services de désintoxication et de réhabilitation et des formations professionnelles aux victimes de l'agent orange. Les centres de conseil génétique à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville aident plusieurs victimes à réduire le taux de malformations congénitales. Certaines localités ont mené une enquête sur les traumatismes psychologiques et accordent aux victimes un soutien psychologique. - VOV/VNA

source