Khanh Hoa (VNA) – La Cour populaire suprême de Dà Nang confirmé jeudi 30 novembre la peine de dix ans de prison à l’encontre d’une femme domicilée dans la ville de Nha Trang (Centre), pour "propagande contre l’Etat de la République socialiste du Vietnam".
 
La Cour populaire suprême de Dà Nang confirmé la peine de dix ans de prison à l’encontre de Nguyên Ngoc Nhu Quynh pour propagande contre l’Etat. Photo : VNA

Nguyên Ngoc Nhu Quynh, âgée de 38 ans, a été condamnée à dix ans d’emprisonnement sur le fondement des alinéas a, b, c de la clause 1 de l’article 88 du Code pénal, à l’issue d’un procès procès en première instance, fin juin dernier.

De 2012 à octobre 2016, elle a utilisé son compte Facebook pour rédiger et diffuser de fausses informations inventées en vue de déconcerter la population, publier et partager des documents ayant un contenu opposable à l’Etat vietnamien.

Entre 2013 et 2016, Nguyên Ngoc Nhu Quynh a répondu à plusieurs interviews de médias étrangers, dans lesquelles elle a dénaturé la situation nationale sur divers aspects : histoire, économie, politique, défense, diplomatie, démocratie et droits de l’Homme.

En 2014, elle a rédigé et publié sur son compte Facebook un dossier intitulé «Stop police killing civilians», qui donnait des informations mensongères nuisant au prestige de la Police populaire et à ses relations avec la population. Elle a également organisé des événements, ou y a participé, afin d’inciter les gens à s’opposer à l’Etat. – VNA