Les actes unilateraux de la Chine en Mer Orientale violent la CNUDM, selon un expert japonais hinh anh 1Le professeur Daisuke Hosokawa. Photo : VNA

 


Tokyo (VNA) - Les actes récents de la Chine en Mer Orientale sont de plus en plus unilatéraux et provocants, et constituent une grave violation de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM), selon le professeur Daisuke Hosokawa de l’Université d’économie d’Osaka (Japon).

Dans une interview accordée à l'Agence Vietnamienne d’Information (VNA), le professeur Daisuke Hosokawa a estimé que la Chine tentait de changer le statu quo en Mer Orientale. Ainsi, Pékin poursuivra ses activités provocatrices en Mer Orientale dans les temps à venir.

Ces estimations du professeur japonais ont été avancées dans le contexte où de nombreux pays avaient exprimé leur profonde préoccupation devant l'escalade des tensions en Mer Orientale due aux graves violations chinoises du droit international, notamment le déploiement du bateau de recherche Haiyang Dizhi 8 et d’escorteurs sur le récif de Tu Chinh (Vanguard Bank) dans la zone économique exclusive du Vietnam. Ces activités ont gravement violé le droit international, porté atteinte à la souveraineté, au droit souverain et à la juridiction, et ont entravé les activités pétrolières et gazières légales dans les zones économiques exclusives du Vietnam et d'autres pays côtiers.

Le professeur japonais a apprécié les réactions du Vietnam vis-à-vis des actes chinois de provocation. Il a suggéré au pays de continuer d'affirmer sa souveraineté et de dénoncer les actes illégaux de la Chine.

Daisuke Hosokawa a déclaré espérer que le Vietnam, en tant que président de l’ASEAN en 2020, pourra renforcer ce bloc régional et sa voix commune concernant la Mer Orientale.-VNA