Hanoi (VNA) – Le ministre de l’Education et de la Formation Phung Xuân Nha a présenté mercredi 6 juin devant l’Assemblée nationale une série de mesures pour améliorer la qualité de l’enseignement général et universitaire, et attirer les investisseurs et les entreprises dans ce secteur.
 
Le ministre de l’Education et de la Formation Phung Xuân Nha devant l’Assemblée nationale, le 6 juin. Photo : VNA

Le Vietnam s’est attiré des louanges de la Banque mondiale qui a indiqué dans un rapport que la région de l’Asie de l’Est et du Pacifique compte sept des dix systèmes d’éducations les plus performants au monde, avec les écoles en Chine et au Vietnam affichant des progrès significatifs.

Mais le ministère de l’Education et de la Formation a estimé que le pays peut encore faire d’importants progrès pour améliorer la qualité de l’enseignement universitaire et développer les activités de recherche scientifique et de transfert technologique.

Si un certain nombre d’établissements universitaires et de filières offrent un enseignement de qualité, ils ne doivent pas occulter la réalité que la qualité de l’enseignement universitaire du Vietnam reste encore modeste, a-t-il reconnus.

Cette qualité n’a pas fait bon ménage avec le marché du travail, notamment à l’ère de la 4e révolution industrielle, a précisé le ministre Phung Xuân Nha.

Seulement cinq parmi les quelque 300 universités vietnamiennes figurent au classement des meilleures universités asiatiques, un constat qui ne prête guère à l’optimisme.
 
Vue de la séance d’interpellation à l’Assemblée nationale, le 6 juin. Photo : VNA

Cette situation s’explique par plusieurs raisons, selon le ministre Phung Xuân Nha qui a pointé un programme de formation en retard sur son temps, un taux d’enseignants universitaires titulaires d’un doctorat, de 22-23% au Vietnam contre 40-45% voire 60-70% dans d’autres pays étrangers, et des infrastructures qui laissent à désirer.

Il faudrait renforcer l’étalonnage de la qualité et la classification des universités, a-t-il indiqué lors de la séance d’interpellation dans le cadre de la 5e session de l’Assemblée nationale.

Le ministre Phung Xuân Nha a également affirmé que pour régler la situation du chômage des jeunes diplômés, qui touche 200.000 d’entre eux selon la députée Dào Tu Hoa de la ville de Hanoi, il faudrait rehausser la qualité de l’enseignement dispensé.

Le Parti et l'État attachent une grande importance à l’éducation, la considérant comme une politique nationale de premier plan, à laquelle ils ont consacré 20% du budget total et la société et les entreprises ont apporté une part très importante, a-t-il conclu. – VNA