New York (VNA) - Le Vietnam souhaite que la communauté internationale unisse ses efforts pour réparer les conséquences de la guerre, aidant le pays à développer durablement et à participer plus activement aux opérations de maintien de la paix de l’ONU.
 
Le vice-ministre de la Défense, Nguyên Chi Vinh (à gauche) et le chef de la Mission permanente du Vietnam à l’ONU, Dang Dinh Quy, au séminaire. Photo : VNA
 
Tel était le message que le pays avait transmis lors d’un séminaire international organisé le 25 mars à New York par le bureau de l’agence permanente du Comité national de pilotage du programme d’action national pour la réparation des conséquences des engins non explosés et des produits chimiques toxiques datant de la guerre (bureau 701) et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Dans son allocution, le vice-ministre de la Défense, Nguyên Chi Vinh, a remercié des amis internationaux, en particulier le PNUD, d’avoir aidé le Vietnam à surmonter les conséquences de la guerre durant ces dernières années.

Le Vietnam est un symbole des efforts visant à surmonter les conséquences de la guerre pour entrer dans une nouvelle période de développement, et également un symbole de la coopération internationale avec de nombreux pays, y compris ceux qui ont fait la guerre au Vietnam, a-t-il déclaré.

Le général de corps d’armée Nguyên Chi Vinh a attribué ces résultats aux efforts du gouvernement vietnamien visant à faire du Vietnam un pays de paix et de sécurité.

Cependant, a-t-il ajouté, des difficultés subsistent et un soutien supplémentaire de la communauté internationale est crucial.
 
Asako Okai, sous-secrétaire générale de l’ONU, administratrice assistante et directrice du Groupe de réponse aux crises du PNUD, au séminaire. Photo : VNA

Asako Okai, sous-secrétaire générale de l’ONU, administratrice assistante et directrice du Groupe de réponse aux crises du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a reconnu les difficultés rencontrées par le Vietnam pour résoudre les conséquences de la guerre et maintenir un développement durable.

Ces défis peuvent provenir du changement climatique ou des incertitudes financières mondiales qui affectent les ressources financières pour le règlement des conséquences de la guerre, a-t-elle déclaré.

Cela étant, le PNUD envisage de soutenir le Vietnam, en particulier par le biais de projets existants coordonnés par le PNUD et financés par l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA), visant à faire face au changement climatique et à éliminer les bombes et les mines, a-t-elle dit.

Le PNUD a également déployé des projets qui soutiennent les victimes vietnamiennes des bombes et des mines, a-t-elle ajouté.

Caitlin Wiesen, une représentante du PNUD au Vietnam, a parlé de la coopération entre le Vietnam et les États-Unis en matière de réparation des conséquences de la guerre durant ces dernières années.

D’autres délégués internationaux ont salué le Vietnam pour ses efforts de réparation des conséquences de la guerre et sa participation aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, ainsi que pour la collaboration efficace entre le Vietnam et le PNUD, des pays étrangers et des organisations internationales à cet égard.

Ils se sont dits impressionnés par le développement du Vietnam, qui est émergé d’un des pays les plus pauvres du monde à un pays à revenu intermédiaire en seulement 25 ans, et a réalisé la plupart des Objectifs du Millénaire pour le développement au niveau national avant l’échéance de 2015.

Les résultats du règlement des conséquences de la guerre au Vietnam ont considérablement contribué à la réalisation de ces objectifs, ont-ils déclaré.

Ils se sont également engagés à continuer d’aider le Vietnam à atténuer les souffrances de la guerre, contribuant ainsi à la paix et au développement durable dans le monde. – VNA