Le Vietnam a été élu pour la 2e fois membre de l'ECOSOC. Photo: ONU

Hanoï (VNA) - Le 31 décembre 2018, le mandat de trois ans du Vietnam en tant que membre du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) prendra fin. Devenir membre de l’un des organes principaux de l’organisation internationale la plus importante au monde et contribuer à ses activités constituent un honneur du Vietnam, outre une opportunité de promouvoir le développement durable et d’améliorer le statut national sur la scène internationale.

Un mandat de trois ans n’est pas trop long. Cependant, grâce à ses efforts et à sa détermination, le Vietnam contribue activement à l’ECOSOC et au travail commun du monde. Passer en revue ce mandat permettra au Vietnam de développer ses réalisations et de tirer des leçons pour les prochaines étapes de développement. Cela aidera également les amis internationaux à mieux comprendre le Vietnam et ses efforts en tant que membre actif et responsable de la communauté internationale.

ECOSOC, passerelle de coopération avec l’ONU

Devenir membre de l’ECOSOC est un événement mémorable du Vietnam car il s’agit de l’un des six organes principaux des Nations Unies.

L’ECOSOC est composé de 54 États Membres, élus par l’Assemblée générale pour un mandat de trois ans. Les sièges y sont répartis comme suit : 14 pour le Groupe des États d’Afrique, 11 pour le Groupe des États d’Asie, six pour le Groupe des États d’Europe orientale, 10 pour le Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes, et 13 pour le Groupe des États d’Europe occidentale et autres États.

Selon la Charte des Nations Unies (ONU), l'un des principaux objectifs de l’ECOSOC est de "Réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d'ordre économique, social, culturel ou humanitaire, en développant et en encourageant le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinctions de race, de sexe, de langue ou de religion" (Chapitre I, article 1, point 3).

Placé au cœur même du système des Nations Unies, le Conseil économique et social promeut les trois dimensions - économique, sociale et environnementale - du développement durable. C'est le lieu central à partir duquel des débats s'engagent, des idées nouvelles émergent, des consensus se forgent autour des voies à suivre et des actions sont coordonnées pour poursuivre les objectifs arrêtés au niveau international.

Le Conseil établit un lien entre des entités très diverses du système des Nations Unies qui œuvrent en faveur du développement durable, auxquelles il communique des orientations générales et dont il coordonne l'action. Ces entités sont notamment des commissions économiques et sociales régionales, des commissions techniques qui facilitent la tenue de consultations intergouvernementales sur les grandes questions internationales; et des institutions spécialisées, fonds et programmes dont les travaux de par le monde visent à ce que les engagements en faveur du développement produisent des changements réels dans les vies des populations.

Les réformes menées ces dix dernières années, notamment en application de la résolution 68/1 de l'Assemblée générale, ont renforcé le rôle de premier plan que le Conseil joue en identifiant les nouveaux problèmes qui se posent, en encourageant l’innovation et en assurant une intégration équilibrée des trois dimensions – économique, sociale et environnementale - du développement durable. Il incombe au Conseil de prêter une attention particulière au suivi concerté des grandes conférences et réunions au sommet organisées par les Nations Unies.

Fort de son rôle de coordination au sein du système des Nations Unies, le Conseil économique et social est aussi une passerelle pour le partenariat et la collaboration entre les organismes des Nations Unies et le reste du monde. C'est un espace international unique en son genre où décideurs, parlementaires, chercheurs, fondations, entreprises, jeunes et plus de 3.200 organisations non gouvernementales agréées peuvent se rencontrer et avoir des dialogues productifs.

En mettant simultanément en avant les problèmes économiques, sociaux et environnementaux, le Conseil favorise l'émergence de consensus autour de politiques et actions cohérentes qui tissent des liens fondamentaux entre ces trois dimensions.

Le débat annuel de haut niveau du Conseil économique et social comprend:

•    Le Forum politique de haut niveau, qui définit des orientations politiques, donne des avis et formule des recommandations aux fins du développement durable, et dresse le bilan des progrès accomplis dans l'exécution des engagements pris dans ce domaine;

•     Le Forum pour la coopération en matière de développement, qui examine les tendances et progrès en matière de coopération pour le développement.

Devenir membre de l’ECOSOC a apporté au Vietnam un nouveau statut mais aussi une grande responsabilité. Dans le contexte où le développement durable est un objectif et une stratégie de la majorité des nations, le rôle de l’ECOSOC est d’autant plus important que ce Conseil est chargé d’accélérer le développement durable sur les dimensions économique, sociale et environnementale. Elu avec une large majorité des voix, le Vietnam, un pays en voie de développement, a dû redoubler d’efforts pour accomplir ses tâches, contribuer au travail commun et répondre aux attentes de la communauté internationale.

Nouvelle avancée dans le processus d’intégration internationale

Le 21 octobre 2015 (heure locale à New York), lors de sa 70e session, l’Assemblée générale des Nations Unies a élu 18 nouveaux membres du Conseil économique et social (ECOSOC) pour le mandat 2016-2018. Avec 182 voix sur 187, le Vietnam est devenu, pour la deuxième fois, membre de l’ECOSOC (la première fois pour le mandat 1998-2000).

Dans une interview accordée à la presse après cet événement, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères (AE), Pham Binh Minh, a souligné son importance dans le processus d'intégration internationale du Vietnam. Cet événement est intervenu au moment où le Vietnam célébrait le 70e anniversaire de la fondation de l'ONU et le 20e de son adhésion à l’organisation internationale la plus importante du monde. Il s’est déroulé également après l’approbation de l'Agenda 2030 pour le développement durable lors d'un sommet des Nations Unies tenu en septembre 2015.

Le vice-Premier ministre et ministre des AE Pham Binh Minh dans une interview accordée à la presse. Photo: VNA


Cet événement a marqué en outre une avancée dans les efforts vietnamiens pour appliquer la politique extérieure d’indépendance, d’autonomie, d’intégration active dans le monde pour la paix, le développement et le progrès social.

La large majorité des voix lors des élections a illustré la confiance et la reconnaissance de la communauté internationale pour le Vietnam, qui avait obtenu de nombreuses réalisations en termes de développement national, et qui avait eu des contributions aux efforts de l’ONU en vue d’un monde meilleur.

Le mandat 2016-2018 a permis au Vietnam de s'impliquer davantage dans les activités communes de l’ONU, notamment de participer à l'élaboration de principes et normes internationaux. Il a en outre aidé le pays à accélérer son processus d’intégration internationale, à renforcer la diplomatie multilatérale, à acquérir de bonnes expériences des amis internationaux au service du développement socio-économique national. (A suivre...) -VNA