La foret Tran Hung Dao, berceau de l’Armee populaire du Vietnam hinh anh 1L’entrée de la forêt de Trân Hung Dao
 
Hanoï (VNA) - Le 22 décembre 1944, la Brigade de Propagande armée pour la libération du Vietnam, l’actuelle Armée populaire du Vietnam, a vu le jour dans la forêt Trân Hung Dao, dans la province de Cao Bang (Nord). Classé au site national spécial, ce site rappelle l’époque glorieuse de la révolution vietnamienne. Découvrons-le sans plus tarder.

La forêt Trân Hung Dao est un espace boisé de quelque 200 hectares. Elle est située dans le district de Nguyên Binh, à environ 50 km de la ville de Cao Bang et s’étend sur les communes de Tam Kim et de Hoa Tham. Si l’incomparable beauté de ses paysages enchanteront les amoureux de la nature, elle intéressera aussi les passionnés d’histoire. À l’entrée de la forêt, les visiteurs peuvent observer un grand relief taillé dans de la pierre évoquant le jour de la création de la Brigade de Propagande armée pour la libération du Vietnam.

Hông Hanh, guide locale, explique: «Ce relief a été réalisé en 2004 à l’occasion du 60e anniversaire de la création de l’Armée populaire du Vietnam. Dans son centre, on reconnaît le général Vo Nguyên Giap et les 34 soldats qui étaient présents le jour de la création de la brigade. À gauche ce sont les représentants du comité interprovincial du Parti pour Cao Bang, Bac Kan et Lang Son et à droite ce sont les représentants des populations locales».
 
La foret Tran Hung Dao, berceau de l’Armee populaire du Vietnam hinh anh 2 Photo : vietnamtourisme.gov.vn


Après avoir parcouru 200m de marches bâties en béton au milieu de la verdure luxuriante, il faut tourner à droite pour découvrir un arbre pluriséculaire de 40m de haut, témoin de la création de la brigade et une stèle commémorative érigée à proximité de cet arbre.

«Cette stèle a été installée à l’endroit où la Brigade de Propagande armée pour la libération du Vietnam a été créée. En octobre 1944, Nguyên Ai Quôc (le futur Président Hô Chi Minh) venait de rentrer au Vietnam après un an d’emprisonnement en Chine. Après avoir étudié la situation du mouvement révolutionnaire dans les provinces de Cao Bang, Bac Kan et Lang Son, il a décidé de suspendre l’insurrection prévue par le comité interprovincial du Parti et a demandé au général Vo Nguyên Giap de créer la brigade. La cérémonie officielle a eu lieu ici le 22 décembre vers 17 heures», dit Hông Hanh.

Sur les quatre facettes de la stèle, gravés dans la pierre, les visiteurs peuvent lire l’acte de création de la brigade ainsi que le nom des 34 soldats et les 10 serments prononcés par Vo Nguyên Giap, serments qui sont depuis lors devenus ceux de l’Armée populaire du Vietnam.

Un chemin ombragé mène les visiteurs vers la cantine et la baraque où séjournaient les membres de la brigade. Les plus courageux peuvent gravir 505 marches pour conquérir Sam Cao, le sommet de la montagne Dên Sinh.

«Le sommet Sam Cao était une position stratégique. De là haut, on pouvait observer le village de Phai Khat, le poste éponyme, la caverne Thâm Khâu et les chemins qui mènent au poste de Nà Ngân et vers le district de Ngân Son, rattaché à la province de Bac Kan. C’est sur ce sommet que le  général Vo Nguyên Giap a mis au point la stratégie de la bataille de Khai Phat », indique Hông Hanh.
 
La foret Tran Hung Dao, berceau de l’Armee populaire du Vietnam hinh anh 3Photo : vietnamtourisme.gov.vn


C’est dans le village de Phai Khat que la Brigade de Propagande armée a mené sa première bataille et remporté sa première victoire le 25 décembre 1944. La maison de Nông Van Lac avait alors été choisie par les colons français comme avant poste militaire. Nông Van Danh, son petit fils, raconte: «Autrefois, le poste de Phai Khat se trouvait au milieu du village du même nom, dans la commune de Tam Kim, district de Nguyên Binh. Il avait été construit en briques sur une superficie de 210m2. À l’époque, ce poste occupait une position stratégique car d’ici, les soldats français pouvaient bloquer toute la région de Tam Kim et communiquer avec le chef-lieu du district de Nguyên Binh. Au début de 1944, les colons français ont occupé ma maison pour la transformer en poste militaire. Le but était de maîtriser les mouvements révolutionnaires locaux et de bloquer la communication entre les révolutionnaires vietnamiens. Malgré leurs équipements rudimentaires, les habitants et les soldats vietnamiens ont repris le poste dès le premier combat. C’était une petite victoire mais elle a été une immense source d’encouragement pour les soldats de la libération.»

Aujourd’hui, le poste de Phai Khat est reconverti en maison d’exposition. Un peu plus loin, à 500m environ, c’est la caverne de Tham Khâu dans laquelle se trouve un grand bloc de pierre plat sur lequel a été dessiné les cartes des batailles des postes de Phai Khat et de Nà Ngân.

Les plus curieux peuvent suivre la route intercommunale pendant une vingtaine de kilomètres pour découvrir le poste de Nà Ngân qui marque la deuxième victoire de la troupe, le 26 décembre 1944.-VOV/VNA