Photo : VOV
 
Hanoï (VNA) - À l'occasion du 65e anniversaire de la victoire de Diên Biên Phu et de la publication du livre «De Gaulle et le Vietnam», une table ronde a eu lieu à l'Espace, l'institut français, de Hanoï. L’auteur, Pierre Journoud, de l’université Paul-Valéry-Montpellier, était présent.

Paru en France en 2011, «De Gaulle et le Vietnam», de l'historien Pierre Journoud, vient tout juste d’être présenté au public vietnamien. Il retrace l’évolution de la politique du général De Gaulle vis-à-vis du Vietnam et de ses voisins, entre la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, et sa démission, en 1969.

«Je pense que ce livre peut contribuer à éclairer des pages très douloureuses de l'histoire vietnamienne, celle des guerres contre la France, contre les États-Unis, qui ont généré tant de victimes. Je crois que l’apport principal est effectivement un prisme français à travers des sources surtout françaises mais aussi américaines, nord-américaine parce qu'il y avait aussi des sources canadiennes… Tous ces témoignages permettent de mieux comprendre les évènements géopolitiques mais aussi la façon dont les relations franco-vietnamiennes sont passées de la guerre à la paix et l'engagement de la diplomatie française et au delà de la diplomatie et des hommes politiques. Et bien des Français eux-mêmes ont apporté leur soutien à la résistance des vietnamiens et de ce point de vue là, je crois que c'est un livre qui donne des clés de compréhension, non seulement des évènements mais aussi des émotions qui ont permis aux français, aux vietnamiens de se retrouver dans ce combat pour la paix et pour abréger la guerre», nous explique Pierre Journoud. 

À travers le prisme de la guerre et de la paix, le livre met en lumière les interactions entre diplomatie officielle et diplomatie secrète. Ce sont d’ailleurs toutes ces initiatives secrètes qui ont permis aux États-Unis et au Vietnam de s'asseoir à la table des négociations à Paris entre 1968 et 1973.  

«L'objectif de ce livre est de mettre en évidence l’évolution du général De Gaulle qui est passé de colonialiste à ‘décolonisateur mental’, nous dit Duong Van Quang, l’éditeur. «Cette expression, on aurait pu la traduire de différentes manières, en vietnamien, mais j’ai préféré la garder telle quelle, en français. Et comme Pierre Journoud est un historien, son livre a toutes les caractéristiques d'un livre d'histoire, mais il a quand même infléchi son style, de façon à se rendre plus accessible au public. Ici, il se situe sur un axe de temps, depuis 1945 jusqu'à 1969, mais avec une approche géopolitique et en rapportant des discours de grands hommes politiques, qu’il analyse ensuite. C’est en tout cas un ouvrage très documenté, qui se base sur des archives françaises, américaines, canadiennes et même vietnamiennes, du nord ou du sud.»  
 
Photo : Espace


Le livre nous montre également ce qu’était le point de vue du général De Gaulle sur les deux guerres qu’a connu le Vietnam au cours de la seconde moitié du 20e siècle. «Premièrement, il faut noter qu'aujourd'hui, au Vietnam, peu de personnes ont des connaissances précises sur le général De Gaulle, un grand homme qui a largement pesé dans l'histoire de la France et du Vietnam», constate le professeur Pham Quang Minh, recteur de l’Université des sciences sociales et humaines de Hanoï. «Ce livre propose donc des informations intéressantes, et même inédites sur cette grande personnalité. Deuxièmement, ce livre présente un point de vue qui est assez inhabituel. Ici, il n'y a plus ni ennemi, ni allié, il n’y a que les faits eux-mêmes. Je pense que pour la plupart des gens, le rôle du général de Gaulle s'arrête avec la fin de la première guerre du Vietnam, en 1954. Mais ce livre nous révèle une autre vérité: De Gaulle a eu une certains influence sur l'histoire du Vietnam. C'est lui, par exemple, qui a conseillé aux États-Unis de ne pas mêler du Vietnam dans les années 1950, c'est lui aussi qui a conseillé à l'ancien président des États-Unis de cesser toute action militaire au Vietnam. Il a même écrit au président Hô Chi Minh jusqu'au 1969. Les deux hommes ont eu des discussions indirectes, ce qu'on appelle la diplomatie secrète dans ce livre...»

D’après Pierre Journoud, même si le livre est paru en 2011, beaucoup de documents d’archives sont sortis de l'oubli dans l’intervalle et le sujet reste d’un intérêt majeur pour les historiens.-VOV/VNA