En 1993, lors d'un colloque sur la culture des groupes ethniques, une intervention sur le thème de la danse Muong "Vue pour un art oublié" de l'artiste Bùi Chi Thanh a attiré l'attention des spécialistes de la culture populaire dans le Tây Bac (Nord-Ouest).

Jusqu'à cette intervention, de nombreux chercheurs pensaient que l’ethnie Muong n’avait pas leurs propres danses. En présentant les résultats de plusieurs années de recherches et de collectes dans les aires d’habitation des Muong, Bùi Chi Thanh a montré que les Muong ont des danses très distinctives.
Jadis, dans les régions où vivaient les Muong existait le régime lang dao (la classe dirigeante de la région).

Les danses étaient souvent principalement exécutées pour cette classe. Chaque famille de cette classe avait toujours sa propre équipe de danse et ces danses ne furent jamais popularisées. Après le succès de la Révolution d’Août 1945, cette classe des Muong a été renversée, c’est pourquoi ces danses, non transmises, ont été perdues.

Selon l'artiste, bien que les Muong n'aient pas d’écriture, ils ont des centaines d'œuvres littéraires transmises oralement, dont l'épopée "De dat de nuoc" ("La naissance des terres et des eaux"), des poèmes, des légendes et des morceaux de musique sans paroles, dans compter de nombreux instruments de musique. Des recherches dans les aires d’habitation ont montré que les Muong avaient dans le passé différentes danses exécutées lors d'occasions spéciales - moissons, fêtes et enterrements.

Thanh a déclaré: «Au cours de mes voyages dans les zones montagneuses pour me renseigner sur les festivals, les coutumes, les habitudes et la vie culturelle de l'ethnie Muong, j'ai réalisé qu'ils avaient autrefois des danse abondantes, variées et typiques et que certaines d'entre elles sont encore conservées. La danse jouait un rôle important dans les festivals, en particulier lors des cérémonies funéraires."

Bùi Chi Thanh est né en 1933 dans le district Gia Viên, province de Ninh Binh. Bien qu'il ne soit pas originaire du Nord-Ouest, il a ressenti un fort attachement pour les groupes ethniques de cette région, notamment leurs danses, alors qu'il était jeune soldat dans la région. En 1959, il a étudié à Hanoi à l'école de danse, en chorégraphie. Après avoir été diplômé, il est retourné dans le Nord-Ouest pour donner des conférences, réaliser des recherches et organiser des cours sur les danses pour les ethnies minoritaires Thai, Dao et Muong...

Il semble avoir passé toute sa vie dans le Nord-Ouest et il a accordé une attention particulière aux danses traditionnelles de l’ethnie Muong. Il s'est rendu dans différentes zones reculées des provinces de Hoà Binh, Thanh Hoa et Nghê An - aires d’habitation du peuple Muong - pour mener des enquêtes. Il a pu retracer l'origine et l'histoire des danses traditionnelles des Muong.

Il a même restauré de nombreuses danses telle que la danse aux éventails, la danse aux drapeaux et la danse de remise de cadeaux aux génies et aux morts. Il a également publié des travaux de recherche sur l'art des Muong, dont "La musique dans la famille Muong" et "La danse de la belle-fille". Grâce à ses précieuses contributions, il a reçu le Prix national pour trois travaux de recherche sur la danse Muong, la Médaille du Travail de 2e classe, et le titre d'"Artiste Émérite".

Dans sa petite maison à Hoà Binh, Bùi Chi Thanh se passionne toujours pour les danses Muong et les valeurs culturelles de cette ethnie. Sa femme, une peintre Muong, est une collaboratrice spéciale qui l’a aidé dans ses recherches. Il souhaite que le son des gongs, les danses Muong soient aimés des jeunes de cette ethnie afin de transmettre et pérenniser ce trésor culturel. - AVI