Le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung (4è depuis la gauche) lors de la signature de la Déclaration de Kuala Lumpur sur la création de la Communauté de l'ASEAN. Photo: Xinhua/VNA

Hanoi, 27 novembre (VNA) – Après près de 5 décennies d'édification et de développement, l'ASEAN a achevé son objectif de bâtir sa Communauté composée de 10 pays de l'Asie du Sud-Est vivant dans la paix et de plus en plus connectés.

La cérémonie de signature de la Déclaration de Kuala Lumpur 2015 sur la création de la Communauté de l'ASEAN le 22 novembre dernier est considérée comme un événement historique, marquant une grande avancée ​dans le processus de coopération et de développement de ce bloc régional.

La Communauté de l'ASEAN ​repose sur les trois piliers que sont la communauté de politique et de sécurité (APSC), la communauté économique (AEC) et la Communauté socio-culturelle (ASCC). L'APSC est le pilier principal, ​et plus encore en cette période d'évolutions complexes et de grandes tensions en Mer Orientale ​au cours de ces ces derniers temps, ce qui exige de l'ASEAN de ​renforcer sa solidarité et de renforcer son rôle comme sa position centrale dans le règlement des questions de sécurité régionale et internationale.

L'établissement de l'APSC a pour ​but de créer un environnement de paix et de sécurité ​au service du développement en Asie du Sud-Est, portant la coopération de l'ASEAN dans la politique et la sécurité à une nouvelle hauteur, avec la participation et les contributions constructives des partenaires extérieurs.

La coopération dans le cadre de l'APSC inclut la création d'une sécurité globale dans la région afin de faire face à des défis de sécurité non traditionnels comme la criminalité transnationale, le terrorisme, les réponses en cas de catastrophe et d'urgence, la sécurité maritime... L'APSC ne vise pas la formation d'une alliance militaire ou d'un bloc de défense collective dans la région, les pays membres ​demeurant libres ​de définir leurs propres politiques étrangères et à conserver leurs propres systèmes de défense.

Issue d'une initiative de l'Indonésie, l'APSC est le fruit des efforts de coopération au sein de l'ASEAN en matière de politique et de sécurité. Dans la Déclaration de Bali II adoptée lors du Sommet de l'ASEAN ​de septembre 2003 à Bali (Indonésie), la Communauté de sécurité de l'ASEAN (ASC), renommée plus tard Communauté de politique et de sécurité de l'ASEAN (APSC), a été ​constituée en tant que l'un des trois piliers de la Communauté de l'ASEAN, afin de porter la coopération dans la politique et la sécurité à une nouvelle hauteur, ainsi que de permettre aux pays de la région de vivre dans un milieu équitable, démocratique et harmonieux.

Le Plan global d'édification de l'APSC, adopté lors du Sommet de l'ASEAN en 2009, a identifié les trois éléments clés de celle-ci, à savoir, bâtir une communauté fondée sur des valeurs et des normes communes, établir une région cohérente, pacifique, autonome et ​d'une responsabilité commune en matière de sécurité globale (y compris les menaces militaires et non-militaires) et, enfin, s'orienter vers un espace dynamique et ouvert à l'extérieur dans un monde de plus en plus relié et interdépendant.

Selon ce plan, l'ASEAN a intensifié et intensifie sa coopération politique, le partage de normes, l'instauration de la confiance, la promotion du dialogue et l'approfondissement de la compréhension mutuelle afin de prévenir les conflits, de renforcer la coopération dans la sécurité et la défense, de ​définir des mesures pour régler pacifiquement les conflits et rétablir la paix après d'éventuels conflits, ainsi que pour coopérer en matière de sécurité non-traditionnelle.

L'ASEAN s'emploie également à renforcer son rôle central dans la coopération régionale, à développer ses relations avec des partenaires extérieurs, à promouvoir sa position clé dans une structure régionale ouverte, transparente et inclusive.

Les secteurs de coopération dans le cadre de l'APSC s'intensifient et s'approfondissent de plus en plus avec la signature ​de plusieurs actes ​comme le Traité d'amitié et de coopération (TAC), le Traité sur une zone exempte d'armes nucléaires en Asie du Sud-Est (SEANWFZ), la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC)..., ou par l'intermédiaire de mécanismes tels que la réunion ministérielle de la défense de l'ASEAN (ADMM), le Forum maritime de l'ASEAN (AMF), l'AMF élargi (EAMF)...

Dans le but de renforcer et de maintenir son rôle central dans l'architecture régionale, l'ASEAN n'a cessé d'étendre et d'approfondir ses relations de coopération intégrale et mutuellement avantageuse avec ses partenaires, de promouvoir et de diversifier les forums de dialogue et de coopération dans la région ​avec pour noyau l'ASEAN, ​c'est-à-dire les sommets ASEAN+ 1 et ASEAN+ 3, le Sommet de l'Asie de l'Est (EAS), le Forum régional de l'ASEAN (ARF), et l'ADMM élargie (ADMM+) qui laquelle implique 8 partenaires - l'Australie, la Chine, l'Inde, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la République de Corée, la Russie et les Etats-Unis, ainsi que d'encourager ces partenaires à contribuer activement et de manière constructive, sur la base du respect des objectifs et des principes fixés par l'ASEAN, au règlement des questions de paix, de stabilité et de développement dans la région, outre d'épauler ce bloc régional à intensifier s​es connexions et l'édification de la communauté.

De la création de l'ARF en 1994 à l'idée d'édification de la Communauté de politique et sécurité de l'ASEAN en 2003, en passant par la décision du Sommet de l'ASEAN en 2007 d'instituer l'APSC, ​c'est une grande avancée que les États membres ont réalisé dans leurs efforts de s'unir et de renforcer la force du bloc ​pour faire face aux défis de cette nouvelle période au service de la paix, de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité de l'ensemble de la région. -VNA