Le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Photo : Điệp Phương

 

Hanoï (VNA) - Le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, effectuera les 13 et 14 juillet une visite au Vietnam. A cette occasion, il a accordé au correspondant de la VNA en Algérie une interview sur les relations bilatérales.

Quel est l’objectif et la signification de votre prochaine visite au Vietnam ?
 
L’Algérie et le Vietnam entretiennent des relations historiques d’amitié, de solidarité et de coopération, forgées dans leurs combats pour la liberté et l’indépendance. Le Vietnam figure parmi les premiers pays à avoir reconnu officiellement le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne, en 1958.

L’Algérie, reconnaissante et fidèle à ses principes et à ses amis, a apporté, pour sa part, son soutien au Vietnam durant sa guerre pour l’indépendance et dans son effort de reconstruction d’après-guerre.

Nos deux pays ont fêté en 2017, le 28 octobre plus précisément, le 55ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques.

Cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations bilatérales et des traditions de concertation régulière entre les deux pays. Elle sera une occasion de passer en revue l’état de la coopération bilatérale, notamment dans ses volets économique, commercial et d’investissement, et de convenir avec les partenaires vietnamiens des moyens de la raffermir et de la développer davantage.

Ma visite au Vietnam revêt, ainsi, une importance particulière, au regard de la volonté qui anime nos deux Présidents S.E.M. le Président de la République Abdelaziz Bouteflika et Son Homologue S.E.M. Tran Dai Quang, de hisser les relations bilatérales à un niveau qui puisse répondre aux aspirations des deux peuples.
 
Quel est l’état de la coopération actuelle entre l’Algérie et le Vietnam et sa perspective de coopération dans les années à venir ?
 
Si au niveau politique les relations entre l’Algérie et le Vietnam sont excellentes, force est de constater qu’en ce qui concerne le volet économique, beaucoup reste à faire.

Les échanges commerciaux entre les deux pays n’étaient que de l’ordre de 360 millions USD en 2017, essentiellement des exportations vietnamiennes vers l’Algérie.

Tandis qu’en matière d’investissements, l’on enregistre uniquement celui de la compagnie d’hydrocarbures PETROVIETNAM.

Il s’agit, donc, pour nous d’agir pour mettre nos relations économiques et de partenariat en adéquation avec les potentialités des deux pays et de leurs économies émergentes.
 
Nos deux pays peuvent assurément faire plus et mieux pour atteindre cet objectif.

C’est d’ailleurs dans cet esprit que s’est tenue, en novembre 2017 à Alger, la  11ème session de la Commission Mixte de coopération algéro-vietnamienne, laquelle a permis d’imprimer une nouvelle dynamique à la coopération entre les deux pays en lui ouvrant de nouvelles  perspectives, plutôt prometteuses.

Il s’agit dès lors pour les deux pays de concrétiser les engagements pris lors de cette réunion, et de créer les conditions idoines à même de permettre le renforcement substantiel de la coopération, des échanges commerciaux et des investissements de part et d’autre.

Comment estimez-vous la coopération et la collaboration entre l’Algérie et le Vietnam aux forums régionaux et internationaux ?
 
L’Algérie est très satisfaite de la qualité de la concertation et de la coordination des actions des deux pays au sein des fora internationaux, notamment le Mouvement des Non-alignés.

L’Algérie et le Vietnam partagent, sur de nombreuses questions internationales, des positions communes, fondées sur la primauté du droit international et le respect de la Charte de l’ONU, ainsi que les principes qui en découlent, tels que le droit des peuples à l’autodétermination, la résolution des conflits par les moyens pacifiques et diplomatiques et la non-ingérence dans les affaires internes d’autres Etats.-Tan Dat/VNA