Hanoi (VNA) – Le timbre vietnamien est né le jour où le Président Hô Chi Minh a proclamé l’indépendance du pays, le 2 septembre 1945. Auparavant, les timbres utilisés dans le pays étaient ceux de l’Indochine française.
 
Ces timbres avec le portrait du Président Hô Chi Minh sont les premiers publiés par la poste vietnamienne. Photo: Archives/CVN

Le premier timbre vietnamien a fait connaître au monde le mot Vietnam. Pendant 80 ans de colonisation française, notre pays n’avait pas de nom sur la carte du globe: le timbre français Indochine sorti en 1889 servait indifféremment pour le Vietnam, le Laos et le Cambodge, les Vietnamiens, les Laotiens et les Cambodgiens étant considérés comme des "Indochinois".

Pour distinguer ces "sujets français", l’administration coloniale appelait le Vietnam "Annam", les Vietnamiens “Annamites”. Elle reprenait le mot An Nam forgé au VIIe siècle par l’administration coloniale chinoise des Tang pour désigner cette terre du Sud (Nam) pacifiée (An). Les autres pays avaient calqué le mot français Annamite, ce qui donne Annamese en anglais, Annamesisch en allemand…

Le 2 septembre 1945, le Président Hô Chi Minh proclama l’indépendance du Vietnam, rejetant le terme "An Nam" à connotation péjorative. L’appellation "Vietnam" avait été adoptée en 1804 par la dynastie des Nguyên (1802-1945) qui employait de préférence le terme "Dai Nam" (Grand pays du Sud).

Modèles de timbres français Indochine

La jeune République démocratique du Vietnam née de la Révolution d’Août 1945 a dû faire face à la reconquête française avec un trésor inexistant et les suites d’une famine qui avait fait deux millions de morts. Vu l’urgence des relations postales, le gouvernement provisoire prit une mesure ingénieuse et symbolique: imprimer sur 53 modèles de timbres français Indochine (non oblitérés) les mots vietnamiens Viêt Nam Dân Chu Công Hòa (République démocratique du Vietnam), Dôc Lâp - Tu Do - Hanh Phúc (Indépendance - Liberté - Bonheur), Cuu Dói (Enrayer la famine), Dân Sinh (Améliorer la vie du peuple)… Ces timbres provisoires, qui témoignaient de la liquidation du pouvoir colonial, portaient encore les portraits d’officiers de la coloniale (Doudart de Lagrée, Bonard…), de gouverneurs généraux (Van Vollenhoven, Pasquier…), de rois fantoches (Bao Dai)…, en particulier du maréchal Pétain dont le représentant plénipotentiaire en Indochine, l’amiral Decoux, avait livré cette colonie au Japon.
 
Le timbre vietnamien est né le jour où le Président Hô Chi Minh a proclamé l’indépendance du pays, le 2 septembre 1945. Photo: Archives/CVN

À l’occasion du premier anniversaire de l’indépendance nationale, le 2 septembre 1946, fut émis le premier timbre authentiquement vietnamien, à l’effigie du Président Hô Chi Minh. Depuis cette date, le timbre vietnamien fut le reflet fidèle de l’histoire contemporaine du pays: timbres des gouvernements de résistance (RDVN de Hô Chi Minh au Nord, Front national de libération du Sud Vietnam, Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud Vietnam, République socialiste du Vietnam depuis 1976) et timbres de la région occupée par les Français (Bao Dai, 1951-1955) et du Sud (Gouvernement de Saïgon: République du Vietnam).

Au début de la guerre de résistance contre les Français, le gouvernement de Hô Chi Minh avait émis une série de timbres originaux: la valeur du timbre n’est pas marquée en unité monétaire mais en unité de poids du riz, le riz et non l’or étant employé comme valeur de référence. On avait ainsi des timbres de 0,6 kg, 2 kg et 5 kg de riz.

Timbre-poste et philatélie

Rappelons qu’après l’occupation de trois provinces du Sud, en 1863, les Français y avaient fait circuler un timbre à l’effigie de l’Aigle impérial, timbre destiné à toutes les colonies françaises. Les timbres "Cochin-Chine" des années 1867-1887 précédèrent les timbres “Indochine” de 1889 à 1949.
 
Les timbres vietnamiens portent les cachets de chaque période. Photo: Archives/CVN

Évidemment, à côté des timbres d’un intérêt historique et d’actualité, la poste vietnamienne émit également des séries culturelle, touristique, économique, écologique non moins attrayantes pour le philatéliste.

Le timbre-poste et la philatélie sont, dans le cadre du Vietnam, des phénomènes de modernisation, c’est-à-dire d’occidentalisation et d’acculturation. L’organisation postale avec usage des timbres fut introduite par les Français au Vietnam. Le mot vietnamien tem est la transcription phonétique du mot "timbre".

Sous le régime colonial, la philatélie se limitait à une poignée d’amateurs parmi les couches urbaines privilégiées. La Société des philatélistes du Vietnam fut fondée en 1960, 15 ans après la reconquête de l’indépendance. Après une période d’hibernation due à la guerre américaine (1964-1978), elle reprit ses activités au cours de la décennie 1978-1988 pour se développer vigoureusement à partir des années 1990 dans le cadre de la globalisation, grâce aux effets de la politique de Renouveau (1986): amélioration du niveau de vie de certaines couches citadines, adoption de la ligne politique "Porte ouverte". En janvier 2003, elle comptait 25 sociétés provinciales avec 40 clubs de 5.000 membres, sans compter 30.000 amateurs non affiliés. Membre de la Ligue internationale des philatélistes (FIP), elle ne cesse d’élargir ses relations à l’échelle de la planète. – Huu Ngoc/CVN/VNA