Hanoï (VNA) - Selon le Département général des statistiques, le taux de chômage des jeunes (15- 24 ans) en 2016 est estimé à 7,3%, mais à 11,3% en zone urbaine.

La population active en 2016 a été estimée à 53 millions de personnes. Photo : Lê Lâm/VNA/CVN

En 2016, le nombre de travailleurs de plus de 15 ans a été de 54 millions, soit 455.000 de plus que l’année précédente. Les hommes ont représenté 52% du total, les femmes 48%. Les urbains 32% contre 68% pour les ruraux. La main-d’œuvre qualifiée est estimée à 21% du total des actifs (plus de 20% en 2015).

Le taux de  chômage en 2016 a été de 2,3%, mais celui des jeunes de 7,3%. «Le taux de chômage des jeunes en zone urbaine est élevé. Parmi dix personnes, il y en a une qui est demandeuse d’emploi», a déploré  Nguyên Bich Lâm, chef du Département général des statistiques. Il a fait savoir que la population active sur les quatre trimestres de l’année 2016 avait été autour de 53 millions de personnes. Si le nombre d’actifs sur les trois premiers trimestres a été supérieur à celui de la même période de 2015, il a baissé au 4e trimestre (53,4 millions, soit 96.000 de moins en un an).

«Le fait que la population active au 4e trimestre est plus bas qu’à la même période de 2015 est attribuable à la catastrophe écologique dans le Centre en avril dernier, aux crues dans la même région et à l’intrusion saline dans le delta du Mékong», a fait savoir Nguyên Bich Lâm.

Mesures prévues

Toujours selon le chef du Département général des statistiques, la situation devrait bientôt s’améliorer du fait de la hausse de la demande en travailleurs au sein du secteur de l’IDE (investissement direct à l’étranger) et du "boom" des nouvelles entreprises et de celles qui ont repris leurs activités en 2016.

Au Vietnam, les travailleurs du secteur primaire représentent la majorité (42%), ceux du secondaire 25% et ceux du tertiaire 33%. La main-d’œuvre diplômée (au moins au niveau élémentaire) ne représente que 21%. Et beaucoup d’entreprises déplorent que nombre de travailleurs ne répondent pas aux compétences demandées. Cela représente dans le contexte actuel de réelles faiblesses, dont la résolution prendra du temps.

Ainsi, un récent rapport du ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales a indiqué que la qualité de la main-d’œuvre nationale est encore limitée, que la productivité reste basse et que les compétences des employés qualifiés ne sont  pas satisfaisantes. Aussi est-il important de modifier les programmes de formation pour mieux répondre à la demande du marché du travail et ainsi renforcer la compétitivité des entreprises, surtout dans le contexte où la Communauté économique de l’ASEAN est devenue réalité. -CVN/VNA