Hanoi (VNA) – Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam (VCCI), Vu Tiên Lôc, a déclaré à l’Agence vietnamienne d’information (VNA) que construire le "made in Vietnam" s’avère le chemin le plus court pour conquérir les consommateurs vietnamiens.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam, Vu Tiên Lôc. Photo : VNA

Dans le contexte d’intégration économique mondiale et surtout après la mise en œuvre de nombreux accords de libre-échange, les entreprises vietnamiennes se trouvent confrontées à une pression concurrentielle accrue et risquent de voir leurs parts de marché national se réduire au profit de concurrents étrangers mieux armés.

La concurrence est inéluctable, voire plus féroce après l’entrée en vigueur de l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) au Vietnam à partir du début de cette année, a-t-il estimé.

À en croire un sondage sur cinq ans de mise en œuvre du mouvement "Les Vietnamiens privilégient les marchandises vietnamiennes", si 92% des interrogés disent "s’intéresser" ou "s’intéresser beaucoup" à ce mouvement, seulement 63% donnent la priorité au made in Vietnam.

Un sondage mené récemment par le Club des marchandises vietnamiennes de haute qualité montre également qu’environ 51% personnes sondées préfèrent consommer vietnamien et 60% affirment donner souvent la priorité à l’achat des produits vietnamiens.

Devant cette situation, les entreprises vietnamiennes doivent être conscientes qu’une forte position sur le marché domestique et une expansion à l’international sont vitales pour leur survie, a déclaré Vu Tiên Lôc.

Il est temps de changer de mentalité. Les entreprises vietnamiennes devraient subjuguer les consommateurs au lieu de s’appuyer sur le traitement privilégié qu’ils accordent à leurs produits. C’est le chemin unique et le plus court possible pour développer les marques vietnamiennes de manière durable, a-t-il encore indiqué.

Il faudrait à ce titre rappeler certains exemples réussis comme Vinamilk, TH Truemilk, Bia Sai Gon, Vinacafe Biên Hoa, café Trung Nguyên, Acecook et des marques vietnamiennes de fruits de mer et de riz... Mais on ne peut pas encore s’enorgueillir de telles marques de qualité dans les secteurs manufacturier et technologique, a-t-il ajouté.

Construire de grandes marques est l’œuvre des entrepreneurs. Mais les entrepreneurs ont également besoin de soutien et de l’accompagnement des agences gouvernementales et du système politique, a-t-il indiqué.

Nous espérons que le gouvernement poursuivra ses efforts de réforme pour ouvrir la voie au développement des entreprises et des entrepreneurs. Le partenariat public-privé devrait également constituer non seulement une solution pour les investissements dans le développement des infrastructures, mais également une solution permettant de créer des marques de premier plan dans les industries importantes du pays, a-t-il conclu. - VNA