Panorama du colloque. Photo: VOH

Ho Chi Minh-Ville (VNA) - Les experts ont proposé un certain nombre de solutions pour stimuler les exportations de produits alimentaires vers les marchés potentiels lors d'un colloque organisé le 7 août à Ho Chi Minh-Ville.

Ly Kim Chi, présidente de l'Association des vivres et des aliments de Hô Chi Minh-Ville, a déclaré que la ville se concentrera sur l'exportation de produits aquatiques, de café, de légumes, de fruits et de riz vers les pays parties de l'Accord global et progressif de partenariat transpacifique ( CPTPP) ainsi que de pangasius, crevettes et autres produits agricoles vers le marché européen.

À ce jour, le Vietnam a exporté des marchandises vers plus de 200 marchés. Au cours du premier semestre de 2019, la valeur totale d'import-export a été estimée à 122,42 milliards de dollars, soit une augmentation de 7,1% en glissement annuel.

Selon les experts, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Vietnam (EVFTA) et le CPTPP aideront le Vietnam à attirer les investissements directs étrangers (IDE) et à augmenter sa capacité de créer de nouveaux produits agricoles et aquatiques.

Le directeur commercial de la société Vietnam Halal, Ramlan Osman a déclaré que le Vietnam disposait d'une abondance de matières premières pour les produits halal qui sont de plus en plus demandés, tels que café, riz,  fruits de mer,  épices, haricots et légumes.

Pham Tuan Long, directeur adjoint du Département de l'import-export du ministère de l'Industrie et du Commerce, a déclaré que ledit ministère collaborait avec celui de l'Agriculture et du Développement rural afin de mettre à jour les barrières techniques et les mesures de protection commerciale prises par les pays importateurs.

Les deux ministères poursuivent les négociations pour ouvrir la porte aux crevettes fraîches en Australie, au porc en Chine, aux Philippines et à Singapour, aux œufs salés à Hong Kong (Chine) et à Singapour, aux pommes de lait aux États-Unis, au pamplemousse et aux pommes cannelle en Chine, aux longane, litchi et ramboutan en République de Corée, au Japon, en Nouvelle-Zélande, au Brésil et en Argentine.

Le ministère de l'Industrie et du Commerce a également collaboré avec les organes compétents pour renforcer la gestion et le règlement rapide des problèmes liés aux activités d'exportation vers les pays limitrophes. -VNA