Hanoi (VNA) - La stratégie relative à la démographie et à la santé génésique est pour le moment payante, avec des résultats palpables sur le développement socio-économique du pays. Attention toutefois au vieillissement de la population, une menace bien réelle.

Soins médicaux donnés aux personnes âgées dans l’arrondissement de Hoàn Kiêm, Hanoi. Photo: VNA
Le Vietnam a atteint son objectif en termes de renouvellement des générations en 2006, soit dix ans avant la date fixée. Actuellement, le taux de fécondité est de 2,09 enfants par femme, ce qui en fait encore le 4e pays le plus dynamique démographiquement parlant dans la région après Singapour, la Thaïlande et le Brunei. Ce taux est maintenu à ce niveau depuis neuf ans, après un déclin amorcé les décennies précédentes.

Le déséquilibre du ratio des sexes à la naissance a tendance à diminuer. Il était de 112,2 garçons pour 100 filles en 2015 contre 113,8/100 en 2013. Le taux de femmes enceintes bénéficiant des consultations prénatales a décuplé, passant de 1,5% en 2010 à 15% en 2015. Le taux de nouveau-nés atteints de malformation(s) est aujourd’hui de 1,57% (le plan avait fixé 2,5%).

Enfin, le modèle consistant à passer de un à deux enfants a été accepté par la très large majorité de la population. Autant d’illustrations de la pertinence et de la réussite du programme démographique et du planning familial.

La menace du vieillissement

Nguyên Van Tân, chef adjoint du Département général de la démographie et du planning familial, affirme que ces cinq dernières années, le secteur a su concrétiser la Stratégie de la démographie et de la santé génésique pour la période 2011-2020, avec à la clé des résultats intéressants par le biais des projets sur l’amélioration de la qualité des indicateurs (mensurations, espérance de vie, etc.).

Les soins médicaux prodigués aux mineurs et jeunes adultes se sont améliorés. La santé des personnes âgées aussi, laquelle a d’ailleurs été l’objet des préoccupations du secteur. La population des régions maritimes et insulaires est aussi en meilleure santé.

Ces résultats contribuent au travail de refus de l’extrême pauvreté, au développement socio-économique du pays, à l’amélioration de la santé des habitants, à l’accélération du rééquilibrage du ratio des sexes à la naissance et à l’égalité hommes/femmes.

Ces résultats ne doivent cependant pas occulter les faiblesses du programme en question. L’écart en matière de taux de fécondité se creuse entre les régions. Dans le Nord-Ouest et le Tây Nguyên (Haut plateaux du Centre), il affiche plus de trois enfants par femme tandis que dans les régions du Nam Bô oriental et du delta du Mékong, il oscille entre 1,5 à 1,6. La palme revient à Hô Chi Minh-Ville, où les femmes ne donnent naissance qu’à 1,33 enfant en moyenne. Un tel taux de fécondité est préoccupant, dans la mesure où cela ne peut qu’accélérer le vieillissement de la population, déjà très rapide.

Lors d’une conférence organisée fin juin à Hanoi pour dresser le bilan 2011-2015 du fameux programme, Nguyên Van Tân a fait savoir que dans les cinq années à venir, le secteur de la démographie et du planning familial devrait déployer une série de mesures afin que la population vive mieux, plus longtemps, et soit ainsi mieux portante.

Les réponses à apporter

Soins prénatals dans l’hôpital du district de Vinh Linh, province de Quang Tri (Centre). Photo: VNA
Il faut maintenir le taux de fécondité à son niveau actuel, notamment dans les régions montagneuses et reculées (qui est, comme il a été mentionné précédemment, plus élevé), et maîtriser le déséquilibre du ratio des sexes à la naissance.

Autre nécessité : celle de l’amélioration des soins de santé génésique avec, entre autres, le renforcement des consultations prénatales et post-natales. Il est par ailleurs indispensable de trouver des solutions afin de profiter des atouts que constitue «l’âge d’or démographique», en formant notamment des travailleurs qualifiés et compétents, sans oublier de renforcer les soins médicaux en faveur des personnes âgées.

Prenant la parole lors de ladite conférence, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam s’est félicité des efforts des cadres, collaborateurs du secteur de la démographie. «La démographie est une des données majeures à prendre en compte dans la stratégie de développement de chaque pays. Actuellement, les activités qui y sont liées sont confrontées à de grands défis, lesquels exigent la participation des ministères et branches», a-t-il souligné.

Selon lui, en 2017, le gouvernement va conseiller au Comité central du Parti communiste du Vietnam de publier une résolution sur la démographie. Enfin, la ministre de la Santé, Nguyên Thi Kim Tiên, a souligné le rôle de la démographie dans le développement durable. Dans le contexte actuel du vieillissement de la population, son ministère est en train d’élaborer un programme d’action et un plan sur les soins de santé des seniors. - CVN/VNA