Trân Minh Siêu est passionné par l’étude sur la vie de l’Oncle Hô. Crédit photo : Laodông

À 81 ans, Trân Minh Siêu, chercheur sur le Président Hô Chi Minh, se passionne pour raconter des anecdotes sur le grand homme. Il est appelé "le meilleur narrateur sur l’Oncle Hô" dans la province centrale de Nghê An.

En une cinquantaine d’années de recherches sur le Président Hô Chi Minh, Trân Minh Siêu a publié six ouvrages, ainsi que des centaines d’articles et d’interventions sur la vie et l’œuvre de ce dernier.

Concernant les monographies, il s’agit de "Les sœurs et frères de la famille de l’Oncle Hô" ; "Le site du Président Hô Chi Minh de Kim Liên, province du Nghê An" ; "Kim Liên au cœur de la population et des amis" ; Légende de la tombe de Mme Hoàng Thi Loan -mère de Hô Chi Minh- sur la montagne de Dông Tranh ; Histoires racontée à côté de la tombe de Mme Hoàng Thi Loan ; et Pays natal et famille du Président Hô Chi Minh. Parmi celles-ci, la première a été distinguée en 2010 par un 1er prix dans un concours du Nghê An et a depuis été rééditée une trentaine de fois.

Dans un proche temps, M. Siêu prévoit de publier trois autres travaux que sont Monographie culturelle de la commune de Kim Liên ; Nam Dàn, pays des talents sous l’angle de la culture folklorique ; et Hoàng Thi Loan, mère géniale de l’Oncle Hô. D’après lui, chaque œuvre présente un angle différent du Président Hô Chi Minh.

Un hasard

Trân Minh Siêu (droite) et des visiteurs au site de Kim Liên, province de Nghê An. Photo : Archives
C’est le hasard qui a fait de M. Siêu ce qu’il est aujourd'hui. À la mort du Président Hô Chi Minh en 1969, il travaillait alors au Nghê An et fut l’un des premiers cadres dans la construction du site de Kim Liên, sur la terre natale du Président Hô Chi Minh.

À cette époque, il devait aller au siège du ministère de l’Énergie à Hanoi pour demander du charbon pour la cuisson des briques destinées aux ouvrages du site de Kim Liên.

Lors d’une rencontre avec M. Siêu, un cadre de ce ministère lui a demandé de raconter une histoire sur le pays natal de l’Oncle Hô, et finalement M. Siêu s'est retrouvé à conter beaucoup d’histoires. D’une durée allant jusqu’à deux heures, elles séduisaient de nombreuses personnes, tous cadres du ministère de l’Énergie. «Le résultat, c’est que je demandais 2.000 tonnes de charbon», se souvient-il.

Après ces missions à Hanoi, il était souvent invité lors de débats sur l’Oncle Hô. Quand il était jeune, il y avait des jours où il avait trois séances sur ce grand homme. L’octogénaire Lê Duc Thành, du district de Hung Nguyên, province de Nghê An, raconte que chaque intervention de Trân Minh Siêu attirait une grande audience, voire des milliers de personnes. –CVN/VNA