En suite de la plus forte dévaluation du yuan chinois en deux décennies, la Banque d’État du Vietnam a décidé le 19 août de relever son taux de change de 1% et d’augmenter la plage de variation de ce taux à +/- 3%, au lieu de +/- 2% auparavant.

La semaine dernière, la Chine a abruptement appliqué une politique de flottement de sa monnaie.

Cette décision permet de donner des possibilités d’initiative tout en constituant un aménagement souple de l’application du taux de change suivant les fluctuations du marché international.
 
Depuis le 19 août, le taux de change entre le dông vietnamien et le dollar américain sur le marché interbancaire est passé de 21.673 dôngs à 21.890 dôngs, soit une hausse de 1%. En outre, la fourchette de variation de ce taux est désormais de +/- 3% depuis le 13 août. Le taux de change interbancaire est le référent des banques en matière de transactions sur devises, ce qui donne, en l’occurrence, une amplitude maximale de 21.233 à 22.547 dôngs pour un dollar.
 
C’est la troisième fois que la banque centrale augmente le taux de change interbancaire et, selon l’estimation de certains experts, avec cette amplitude supérieure, le taux de change VND-USD est autorisé à augmenter de 5%, soit bien davantage que les 2% ciblés au début de cette année par la BEV.
 
Juste après l’annonce du relèvement du taux de change VND-USD, le marché boursier est passé au rouge, l’indice VN-Index reculant fortement après une relance admirable le 18 août. Le cours des actions du secteur bancaire a fortement baissé. En revanche, sur le marché de l’or, le cours a fortement augmenté avec une hausse du métal jaune chez SJC d’un million de dôngs par rapport au 18 août.
 
Éclaircissement des experts
 
La semaine dernière, la Chine a abruptement appliqué une politique de flottement de sa monnaie. En trois jours, du 11 au 13 août, la Banque populaire de Chine (PBOC) a baissé son taux de référence du yuan face au dollar de 4,6% au total. Il s’agit au final de la plus forte dépréciation du renminbi depuis plus de deux décennies et la mise en place par Pékin de son système de change actuel.

C’est une combinaison de facteurs qui a poussé Pékin à prendre une telle décision : les dernières pertes sur les marchés boursiers, en particulier le recul du Shangai composite, et les récentes données d’une baisse des exportations de plus de 8% en juillet, ainsi que des prévisions de croissance revues à la baisse pour s’établir à moins de 7%... Depuis ces dernières années, le yuan a engendré beaucoup de pression pour les exportations chinoises. Aujourd’hui, après une semaine de dévaluation, le yuan a reculé devant les devises du panier international.

La BEV a décidé d’augmenter la plage de variation du taux de change avec le dollar américain afin de prévenir tout effet négatif de la dévaluation du renminbi et de soutenir les exportations nationales.

 
Cette double opération de la BEV était prévue par les experts car, en effet, cette dévaluation pourrait avoir des incidences négatives sur les échanges entre le Vietnam et la Chine.

En 2014, le déficit commercial du Vietnam dans ses échanges avec ce pays s’élevait à 29 milliards de dollars, et depuis le début de cette année, il a atteint près de 20 milliards de dollars. Cette situation peut s’aggraver désormais. Autre préoccupation, la tendance baissière de la parité d’autres monnaies en Asie comme le bath thaïlandais et le kyat birman, qui entraînera mécaniquement un regain de concurrence dans l’export de biens au sein de cette région...
 
L’augmentation de l’amplitude de variation du taux VND-USD est nécessaire à la pratique d’une politique monétaire souple en fonction des fluctuations imprévues sur le marché mondial comme sur le marché domestique d’ici à 2016, souplesse qui est l’un des principes cardinaux de la banque centrale depuis quelques années en application de la politique gouvernementale de stabilisation des fondamentaux macroéconomiques de l’économie vietnamienne.

La BEV s’efforce de maintenir la stabilité du marché des devises comme la compétitivité des produits vietnamiens. La BEV prendra d’autres mesures synergiques d’intervention sur le marché en cas de nécessité, y compris en alimentant le marché en devises. Fin juillet, elle a annoncé des réserves nationales de 37 milliards de dollars américains et de dix tonnes d'or. -CVN/VNA