Hanoï (VNA) - La dernière nuit de l'année est un moment privilégié. Avec la cérémonie de culte en l’honneur des ancêtres, ces derniers sont invités à réintégrer la maison pour quelques jours, souvent trois ou quatre, aujourd’hui, contre une semaine entière, autrefois. Ils partagent leur repas avec toute la maisonnée jusqu’à la cérémonie de départ, qui correspond d’ailleurs à la descente de la perche de bambou érigée devant la maison au dernier jour de l’an. Vient ensuite un moment particulier, celui du passage de l'heure du cochon à l'heure du rat, c'est à dire minuit. C'est l'heure de la passation du pouvoir de l'un des 12 génies à un autre.

 

Cérémonie de culte au premier matin du premier jour de la nouvelle année. Photo: Internet

A partir de la cérémonie de culte en l’honneur des ancêtres, il s'agit d'accueillir le premier matin du premier jour de la nouvelle année dans les conditions les plus favorables. Au Vietnam, un grand nombre de coutumes se rattachent à la croyance en "la chance du début", en "l'heureux commencement". Cela est encore plus vrai pour le Tết, commencement du commencement. D’une manière générale, on peut saisir le sens de la plupart des coutumes si l'on garde à l'esprit une idée clé : tout ce qui arrive ce jour-là augure de ce qui pourra arriver au cours de toute l'année. C’est ainsi que l’on peut expliquer une chose aussi capitale que l’importance accordée aux ancêtres ou à la première personne à franchir le seuil de la maison. A ce sujet, il faut savoir qu’il est normalement interdit de faire pénétrer dans le foyer quelqu’un qui ne serait pas bon, pas riche, ou en mauvaise santé : ce serait interprété comme un présage funeste. Dans tous ces rites du renouveau, il y a bien sûr les vœux de longévité aux personnes âgées ou les cadeaux aux enfants. Et toujours dans cette idée que tout geste déplacé pourrait porter malheur pour la suite, on s’abstiendra de dépenser, de couper avec un couteau, de balayer la maison ou plus exactement de jeter les ordures.

 

Les enfants et petits-enfants, vêtus d’habits flambant neufs, vont souhaiter la bonne année à leurs grands-parents. Photo: Internet

Le premier jour, après le culte des ancêtres, les enfants et petits-enfants, vêtus d’habits flambant neufs, vont souhaiter la bonne année à leurs grands-parents. Il était d'usage de réserver ce premier jour à la lignée paternelle, le second étant celui de la lignée maternelle. De nos jours, l'idée d'une hiérarchie est encore présente. C’est en tout cas ce qui explique ces scènes solennelles, avec les grands-parents assis au centre de la maison, devant les enfants prosternés. Cette première visite est attendue par les enfants qui savent que des étrennes vont leur être données sous la forme d'enveloppe rouges contenant selon les habitudes une somme impaire.

Le deuxième jour est réservé aux proches parents, aux amis et aux connaissances, tout cela, comme au premier jour, dans un climat de bombances et de réjouissances. 

Les gens vont à la pagode pour prier la santé et la bonne fortune pour toute année. Photo: VNA
 

Le troisième jour est dévolu aux défunts et aux visites aux pagodes. C'est d’ailleurs souvent à la fin du 3ème jour qu'un grand repas d’adieu est offert aux ancêtres afin de les raccompagner. -VOV/VNA