Nguyên Tri Quang a créé, à seulement 18 ans, sa propre galerie virtuelle d’objets anciens et de patrimoines en 3D. Photo : TN/CVN
Hanoi (VNA) - Créateur d’une galerie virtuelle d’œuvres d’art, Nguyên Tri Quang se passionne depuis l’enfance pour la 3D. Son objectif est de valoriser le patrimoine national et d’appliquer cette technologie à d’autres domaines.

Nguyên Tri Quang est issu d’une famille d’artisans depuis des générations, dans la rue Khâm Thiên (Hanoï). Son père, artisan, voue une grande passion aux statues, surtout celles des lieux sacrés. Il a visité de nombreux temples et pagodes pour examiner de belles pièces, les prendre des photos et même les scanner en trois dimensions.

Accompagnant son père dès l’âge de 8 ans, Quang s’est intéressé très tôt aux objets anciens et à cette technologie 3D. Doué pour l’informatique, il a appris seul la programmation. À 11 ans, il a réussi à transformer des images 3D en fichiers. Pour une gestion plus facile de ceux-ci, il a décidé de créer un site web. À l’époque, la 3D était peu répandue sur le Net. C’est en autodidacte qu’il a cherché à percer tous les secrets de cette technologie.

À la fin du collège, Quang a décidé, avec l’accord de ses parents, de ne pas aller au lycée et de se concentrer totalement dans la création d’une galerie virtuelle d’objets anciens et de patrimoines en 3D.

À force de persévérance

Il s’est trouvé face à de nombreuses difficultés dans la concrétisation de son projet, notamment pour trouver les documents de référence mais aussi scanner les objets. «Je devais me rendre souvent très loin de chez moi pour trouver des objets originaux. De plus, le scan prend du temps, des heures voire une journée entière. Ensuite, le traitement des données prend des jours», a-t-il confié.

Pièces en 3D de statues figurant dans la galerie virtuelle de Nguyên Tri Quang. Photo : Vr3d/CVN
Un an plus tard, il a lancé son site web. Mais les fichiers étaient lourds, le chargement trop long et certains logiciels obligatoires. Deux ans plus tard, à force de persévérance, toujours en autodidacte, il a réussi la version parfaite. Les images ne pèsent guère plus que des photos en 2D, le chargement dure quelques secondes et aucun logiciel n’est requis. Sa galerie virtuelle comprend des centaines d’objets anciens, scannés dans des sites historiques des quatre coins du pays.

Cette galerie joue un rôle important dans la préservation des objets les plus précieux. Ainsi, l’autel ancien de la pagode de But Thap, dans la province de Bac Ninh, a-t-il été détruit par un incendie. Heureusement, il avait été numérisé par Quang. Sa reproduction 3D permet aux chercheurs qui le souhaitent de réaliser un examen minutieux de cet objet unique, bien qu’il soit réduit à l’état de cendres. En visitant sa galerie (Vr3d.vn), on peut aussi admirer la «statue-lion» de la pagode Thông (province de Thanh Hoa). Cette œuvre, de 600 ans, est cassée. Mais par la magie de l’informatique, Quang a réussi à lui redonner son aspect originel.

L’application de la technologie 3D constitue une orientation prometteuse dans la promotion, la préservation et la restauration des objets anciens. La numérisation offre une vue hyperréaliste de ces objets. On a presque l’impression de les avoir en main.

Dans l’avenir, Quang tentera de la reproduction 3D de monuments, de sites historiques, d’êtres humains et de scènes pour créer un défilé de mode virtuel. De plus, il cherchera à coopérer avec les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour renforcer la promotion de la culture vietnamienne. 

«J’ai  réussi à numériser le temple de Tiên Lê  dans le district de Hoài Duc, à Hanoï. Depuis le début de l’année, je me concentre dans le scan automatique», a-t-il partagé. Avant d’ajouter que cette technologie peut être appliquée dans plusieurs secteurs et qu’il compte d’ailleurs proposer ses services au profit du commerce numérique. -CVN/VNA