Hanoi, 22 janvier (VNA) -  Wagons vétustes, infrastructures vieillissantes pour ne pas dire obsolètes, concurrence des vols low-cost…, la modernisation des chemins de fer vietnamiens s’impose comme un impératif.
En raison du manque d’investissements, le transport ferroviaire est à la traîne par rapport aux autres modes de transport. Photo : VNA
Dào Thanh Nga, originaire de la province de Thanh Hoa (Centre), est comptable à Hanoi. Elle doit se rendre régulièrement à Dông Hoi, dans la province de Quang Binh (Centre), ville natale de son mari. Dans le passé, entre le rail et le car, elle choisissait le train, principalement pour des raisons de sécurité.

«Par rapport à il y a quelques décennies, les voyages en train se sont vraiment améliorés. La signalisation dans les gares est bonne, les lits sont propres, le personnel est serviable, il y a de bons services de restauration. Et les horaires sont globalement respectés», fait savoir Mme Nga. Cependant, ces améliorations ne suffisent pas à garder les clients comme Nga, qui préfèrent maintenant les vols de compagnie low-cost offrant la même qualité de services mais une durée de voyage nettement plus courte.

«Les compagnies aériennes proposent souvent des promotions. Parfois, le prix d’un aller-retour est d’environ  un million de dôngs (44,2 dollars). Tandis qu’un billet de train coûte autour de 400.000 dôngs la place assise avec air conditionné, 800.000 dôngs la couchette. Autant choisir l’avion», dit-elle.

La question est récemment ressortie après que le ministre des  Transports et des Com-munications, Truong Quang Nghia, a affirmé que «l’industrie du transport aérien en plein essor a attiré à elle la plupart des clients des autres modes de transport, en particulier du chemin de fer».

Selon Doàn Duy Hoach, directeur général adjoint de la Compagnie générale des chemins de fer du Vietnam, depuis 2013, le transport de passagers par chemin de fer a chuté, même sur des trajets de 300 à 500 km précédemment dominés par le transport ferroviaire.

Des investissements insuffisants

Le déclin de la popularité du chemin de fer n’est pas nouveau, et pas propre au pays non plus. En 2010, l’Union européenne a en effet qualifié le transport ferroviaire comme le mode de transport le «moins pertinent».

En matière de budget alloué aux transports, la  route continue de recevoir la part du lion de l’État, au détriment du ferroviaire. De 2001 à 2010, le budget total pour les infrastructures de transport a été d’environ 160.000 milliards de dôngs, dont 88% pour la route et seulement 3% pour le rail.

Au cours des années 2011-2015, près de 90% des quelque 330 milliards de dôngs a été réservé au transport routier et 3% seulement au transport ferroviaire. D’après M. Hoach, c’est la principale raison pour laquelle le transport ferroviaire est à la traîne par rapport aux autres modes de transport, avec 1,14 % du total des passagers et 2% du fret. À son avis, le budget alloué ne peut couvrir que 60% des besoins d’entretien et de maintenance des infrastructures existantes.

Pour M. Hoach, le transport ferroviaire national est toujours basé sur le système datant de la colonisation française. Même avec les mises à niveau et l’entretien régulier, les infrastructures désuètes peinent à attirer des investisseurs privés. «Deux investisseurs étrangers ont investi dans des activités ferroviaires, mais les piètres infrastructures ont plombé leurs affaires. Malgré les trains de standing cinq étoiles, leurs projets ont périclité», ajoute-t-il.

Un plan de relance nécessaire
 
Travaux du projet de ligne de chemin de fer urbain Cat Linh-Hà Dông. Photo : CTV/CVN
Pour être plus compétitives faceaux compagnies aériennes low-cost, les entreprises de transport ferroviaire n’ont pas d’autre choix que de fournir de meilleurs services et de baisser leurs prix. La Compagnie générale des chemins de fer du Vietnam met ainsi en œuvre des projets de rénovation sur le fameux Thông Nhât (ligne Hanoï-Hô Chi Minh-Ville), avec désormais 19 à 20 paires de trains par nuit, un trajet de 26-28 heures contre plus de 36 heures auparavant, la modernisation des gares, des voitures, la vente de billets en ligne et une garantie ponctualité sur 95% des départs et arrivées.

Les prix des billets sont également revus à la baisse pour rester en-dessous de ceux du transport aérien, mais ils demeurent en général de 5 à 15% plus élevés que ceux du transport routier. «L’objectif est de réduire les coûts, puis de réduire les tarifs à un niveau comparable à celui du transport routier», informe M. Hoach.

Selon Nguyên Ngoc Dông, vice-ministre des Transports et des Communications, «le gouvernement devrait assumer un rôle central dans la relance et le développement du rail». Par ailleurs, le ministère des Transports et des Communications a soumis au gouvernement un plan d’investissement pour une ligne à grande  vitesse (160-200 km/h) Nord-Sud pour le transport de marchandises et de passagers. – CVN/VNA