Des représentants du gouvernement birman et de groupes armés ethniques lors de la négociation à Rangoon le 22 juillet dernier. Photo : Xinhua/VNA
 

Hanoi (VNA) – Selon un communiqué publié le 25 février par le Comité mixte de surveillance du cessez-le-feu (JCMC), le gouvernement birman et huit groupes armés ethniques sont convenus de rechercher des mesures pour empêcher les conflits de se poursuivre.

Ce communiqué a été rendu public après une négociation de trois jours au Centre pour la paix au Myanmar à Rangoon sur les étapes suivantes de l’accord de cessez-le-feu national (NCA), alors que les récents conflits entre l’Armée Shan du Sud (SSA-S) et l’Armée de Libération nationale Taang (TNLA) dans l’Etat Shan avaient obligé environ 4.000 personnes à fuir.

L’accord de cessez-le-feu national a été signé le 15 octobre 2015 entre le gouvernement birman et huit groupes armés ethniques pour mettre fin aux conflits en cours depuis des décennies au Myanmar. Le Comité mixte de surveillance du cessez-le-feu (JCMC) et le Comité mixte de dialogue sur la paix de l’Union (UPDJC) ont été ainsi créés pour engager un processus de paix. Le JCMC comprend 10 représentants du gouvernement et de huit groupes armés ethniques, outre six représentants civils. L’UPDJC, est composé de 16 représentants du gouvernement, des groupes armés ethniques et de partis politiques.

Sept groupes armés ethniques n’acceptent toujours pas de signer l’accord de cessez-le-feu national, dont le TNLA. -VNA