Les pêcheurs des provinces littorales du Centre en activité à Hoàng Sa (Paracel) font face à des menaces sans précédent de la part des navires de pêche et de garde-côte de la Chine. De nombreux bateaux vietnamiens ayant été gravement endommagés, les pêcheurs de Dà Nang, Quang Ngai et Quang Nam envisagent de poursuivre la Chine.

"Nous avons toutes les preuves nécessaires pour poursuivre la Chine», a affirmé Lê Van Chiên, patron du bateau ÐNa 90351. «La partie chinoise a élargi son champ d’activité en attaquant les bateaux de pêche vietnamiens jusqu’à 50-60 milles à l’Ouest et au Sud de l’archipel de Hoàng Sa. Les navires chinois ont usé de canons à eau pour repousser nos bateaux qui se trouvaient dans la zone économique exclusive du Vietnam à proximité de l’archipel de Hoàng Sa", a indiqué de son côté Hô Van Truong, patron du bateau ÐNa 90082.

"Quand nous étions dans notre pêcherie traditionnelle à Hoàng Sa, à 16°42’ de latitude Nord et 110°29’ de longitude Est, un navire chinois est arrivé puis nous a attaqués et a détruit nos filets et notre équipement de pêche. Deux filets de pêche à 400 millions de dôngs ont été intégralement perdus", a expliqué pour sa part le patron du bateau QNg 98399, du district de Duc Phô de la province de Quang Ngai.

"En mars, après une vingtaine de journées de pêche à Hoàng Sa, mon bateau était rempli de fruits de mer. J’ai tenté de rentrer à la maison. Brusquement, un navire de surveillance maritime de la Chine est apparu et a violemment accosté mon bateau, des Chinois sont montés et ont volé tous mes biens. J’ai perdu près de 700 millions de dôngs pour cette campagne", a déclaré Bùi Ngoc Thanh, patron du bateau QNg 96679 de Quang Ngai.

Selon les statistiques du district insulaire de Ly Son de la province de Quang Ngai, 11 bateaux de pêche ont été attaqués et pillés par les Chinois depuis plus d'un mois. Plusieurs pêcheurs sont encore en convalescence.

Hoàng Sa bien aimé

"L’archipel de Hoàng Sa est cher au cœur de chaque pêcheur de Ly Son. Outre les raisons économiques, aller au large pour protéger la pêcherie traditionnelle de nos ancêtres demeure notre responsabilité envers le pays"
, a souligné le capitaine Bùi Ngoc Thanh, ayant près de 30 ans de métier en mer. 


Des bateaux de pêche au port de Tho Quang, à Dà Nang (Centre).

"J’ai été attaqué à Hoàng Sa à trois reprises. J’ai tout perdu avec chaque attaque. Nos dettes s’accumulent, mais je n’abandonne pas. J’ai construit un nouveau bateau avec un nouvel équipement. Malgré tout, moi comme les habitants de Ly Son, nous sommes déterminés à continuer d’aller au large, car les archipels de Hoàng Sa et de Truong Sa font partie de notre chair et sont de notre sang", a affirmé M. Thanh.

Une action commune

Le président du Syndicat de la pêche de la commune de An Hai (Ly Son), Nguyên Quôc Chinh, a indiqué coopérer avec les organisations concernées pour examiner et collecter les preuves démontrant les agissements de la Chine et ses infractions au droit international, notamment la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, en vue de poursuites contre la Chine. Selon M. Chinh, ces agissements sont de graves violations du droit international.

"Nous encourageons nos pêcheurs à déclarer leurs pertes et à conserver des preuves précises pour leur avocat en vue d’engager une action en justice", a-t-il informé.

Le secrétaire du Comité du Parti du district de Ly Son, Nguyên Thanh, a précisé que les branches de la localité continuent de soutenir les pêcheurs à poursuivre leurs activités en mer. Il a également demandé à la province de Quang Ngai et au gouvernement de prendre des politiques privilégiées spéciales pour les pêcheurs. -VNA