Colloque de lancement du projet d’appui au développement des indications géographiques au Vietnam, le 11 novembre à Hanoi. Photo : VNA
Hanoi (VNA) - Le projet d’appui au développement des indications géographiques au Vietnam, avec l’aide financière de l’Agence française de développement (AFD), a été lancé le 11 novembre à Hanoi sous forme d’un séminaire. D’une durée de trois ans, ce projet vise à élaborer les dossiers d’indications géographiques de la noix de cajou à Binh Phuoc (Sud) et du poivre à Quang Tri (Centre).

Rappelons qu’une indication géographique est un signe utilisé sur des produits qui ont une origine géographique précise et possèdent des qualités, une notoriété ou des caractères essentiellement dus à ce lieu d’origine. La plupart du temps, une indication géographique contient le nom du lieu d’origine des produits.

«Ces derniers temps, le Vietnam a promulgué beaucoup de politiques pour développer son agriculture. Les ministères de l’Agriculture et du Développement rural, des Sciences et des Technologies ont créé dans ce secteur un environnement commercial transparent, efficace et durable», a affirmé Trân Viêt Thanh, vice-ministre des Sciences et des Technologies. Et d’ajouter : «Dans le processus d’intégration internationale, de nombreuses opportunités s’offrent au Vietnam mais aussi de nombreux obstacles se dressent, notamment en matière de propriété intellectuelle. Les indications géographiques aideront à protéger nos produits en contribuant au développement durable du pays».

Pour les consommateurs, les indications géographiques servent à déterminer l’origine et la qualité des produits. Bon nombre d’entre elles ont acquis une renommée importante qui, faute d’être protégée de la façon appropriée, peut faire l’objet de fausses déclarations de la part d’opérateurs commerciaux malhonnêtes. L’utilisation abusive des indications géographiques par des tiers non autorisés est préjudiciable aux consommateurs et aux producteurs légitimes. Les consommateurs sont trompés et conduits à croire qu’ils achètent un produit authentique présentant des qualités et des caractères précis alors qu’ils acquièrent en fait une imitation. Les producteurs légitimes perdent le bénéfice d’opérations commerciales lucratives et il est porté atteinte à la renommée de leurs produits.

Une fructueuse coopération vietnamo-française

Élaborer le dossier d’indication géographique pour le poivre à Quang Tri est un impératif. Photo: VNA
Bénéficiant de conditions naturelles, le Vietnam compte près de 1.000 produits agricoles, dont beaucoup de spécialités locales. «Élaborer et développer les indications géographiques est un outil important pour protéger les produits agricoles», souligne M. Thanh.

Le nuoc mam (saumure de poissons) de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) et le thé San Tuyêt de Môc Châu (province de Son La, Nord) ont été les deux premiers produits du pays ayant reçu une indication géographique.

Désormais, le Vietnam dénombre 46 indications géographiques, dont 42 vietnamiennes.

Ledit projet durera trois ans. L’objectif est de perfectionner le système de gestion des indications géographiques, de mettre en place un mécanisme de coopération entre organes compétents en la matière, de développer l’anacardier de Binh Phuoc et le poivrier de Quang Tri. Sans oublier de sensibiliser les consommateurs.

«Pour rendre efficace ce projet, il faut agir à des niveaux : le développement de l’économie locale et l’environnement juridique», a partagé Bruno Vindel, chargé des institutions financières et de l’appui au secteur privé au sein de l’AFD. À noter que le budget de ce projet s’élève à près de 1,1 million d’euros, dont 886.000 euros provenant de l’AFD.  
                                                 
«Les indications géographiques sont une nouvelle preuve de la coopération efficace entre le Vietnam et la France. Dans ce secteur, la France a beaucoup d’expériences à faire valoir», a conclu Trân Viêt Thanh. -CVN/VNA​​​