mercredi 26 juillet 2017 - 15:34:00

Le Vietnam veut faire son cinéma en République de Corée

Imprimer

Em chưa 18 (Je n'ai pas encore 18 ans), le premier film vietnamien dont le scénario serait vendu à la République de Corée pour refaire la version sud-coréenne. Photo: CVN
 

Hô Chi Minh-Ville (VNA) - Le 2e forum «Réseau de connexion des industrielles cinématographiques Vietnam – République de Corée» a eu lieu du 14 au 16 juin à Hô Chi Minh-Ville. Une belle occasion pour le cinéma vietnamien de séduire les producteurs sud-coréens en vue de signer des contrats de coopération.

Cet événement a attiré l’attention des producteurs, des dirigeants du Département cinématographique du Vietnam et le Conseil du film sud-coréen (KOFIC). L’objectif est de trouver des orientations de développement et parvenir à des accords dans le but de développer de manière durable le 7e art des deux pays.

Au Vietnam, les films sud-coréens sont partout : sur les sites web vietnamiens, à la télévision, dans les cinémas... La réciproque n’est, hélas, pas vraie, preuve évidente que l’industrie cinématographique sud-coréenne a pris de nombreuses longueurs d’avance.

Le scénario des films sud-coréens est toujours mieux écrit. Et le budget consacré à la seule promotion d’un film est supérieur à celui pour la réalisation d’un long-métrage au Vietnam. Il faut dire aussi que la recette du box-office des films sud-coréens arrive au 7e rang mondial...

Aujourd’hui, les producteurs vietnamiens ont l’ambition de projeter leurs films en Corée du Sud. Pour parvenir à leurs fins, ils désirent obtenir le soutien du KOFIC. Interrogé sur la possible sortie de films vietnamiens en République de Corée, Lee Sang Seok, directeur de la Stratégie du KOFIC, fait savoir que les formalités pour la projection des films étrangers à son pays sont assez courtes et simples. Ce qui compte avant toute autre considération est l’intérêt de l’œuvre.

Tout d’abord, les producteurs vietnamiens doivent discuter avec leurs partenaires sud-coréens afin de savoir si leurs films peuvent intéresser le public de ce pays. «Si vous voulez qu’ils puissent sortir chez nous, vous devez attiser la curiosité des Sud-Coréens. Et pour cela, vous devez les présenter, par exemple, via la Journée des films vietnamiens à Seoul ou le Festival international du film de Busan...», précise Lee Sang Seok. -CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres